Restaurants & Bars

The Threesome Tollbooth : plan à trois dans un bar new-yorkais

The Threesome Tollbooth : plan à trois dans un bar new-yorkais

20 janvier 2018 | PAR Mathias Daval

New York a toujours eu son lot de bars clandestins, et voici le dernier venu au concept improbable : un bar à dégustation, secret, ouvert seulement sur rendez-vous, de la taille d’un grand placard, destiné, comme son nom l’indique, à seulement trois personnes : le barman et deux clients. Bienvenue dans le Threesome Tollbooth, une expérience à ne rater sous aucun prétexte.

_l4a0586

Lorsque ma camarade et moi-même débarquons à 23h dans une ruelle déserte à la frontière entre Williamsburg et Bushwick, dans une zone post-industrielle et nouvellement branchée de Brooklyn, on se demande un moment ce qu’on fait ici. Les instructions étaient claires : envoyer un SMS en arrivant devant la porte métallique, que rien ne peut laisser suspecter être l’entrée d’un des lieux les plus atypiques de New York, le Threesome Tollbooth. La porte s’ouvre et notre hôte, N.D. Austin, nous accueille avec sa moustache d’un autre siècle. Austin n’est pas un nouveau venu en matière de speakeasy et d’événementiel décalé. Son duo Wanderlust a développé une demi-douzaine d’opérations in-situ, dont la plus célèbre fut en 2013 le Night Heron, un bar clandestin installé dans un ancien château d’eau de Chelsea. Avec le Threesome Tollbooth, il nous confie son envie d’aller à la rencontre des gens, de participer lui-même à l’expérience, puisqu’il alterne le bartending avec son acolyte Jesse Sheidlower. « C’est mon premier bar légal ! », ajoute-t-il, amusé.

Une fois assis à l’intérieur, une minuscule cabine qui ne peut effectivement contenir plus de trois personnes, ne nous quittera plus la sensation d’avoir mis les pieds dans un autre espace-temps. Dans les oreilles, une bande-son vintage de Tom Waits. Les téléphones portables sont laissés au vestiaire. De l’autre côté du mini-comptoir, le barman – ses bouteilles, et ses accessoires – qui entame la session de dégustation avec un évident sens de l’humour et du storytelling. Les alcools sont variés et de qualité, à orientation plutôt digestive : le « Mustache Ride », un classique de Seattle à base d’agrumes ; une expérimentation surprenante de mélanges d’eaux-de-vie de légumes (on ne dira pas lesquels pour vous laisser la surprise) ; une Chartreuse verte V.E.P. d’une finesse remarquable ; le bien-nommé cocktail « One For the Road », à base de liqueur de café et de scotch Drambuie de 15 ans d’âge ; le Barolo Chinato, un vin aromatisé du Piémont particulièrement goûtu. Et notre coup de cœur absolu, le « Mamajuana Flip », une création originale à base de mamajuana (un rhum arrangé dominicain), d’œuf et de sirop, le tout flambé. Renversant.

Mais le Threesome Tollbooth n’est pas une simple séance de dégustation d’alcools. L’intimité créée par le lieu même incite à la confidence, aux histoires partagées. Notre hôte nous parle de son enfance en Alaska et de la scène artistique à New York, et partage un optimisme contagieux sur la créativité de la nouvelle génération. Depuis l’ouverture du bar il y a un an, Austin a accueilli 20 à 30 personnes par semaine. Autant de tranches de vies. Lorsque, vers 1h30 du matin, nous rejoignons les rues de Brooklyn, il semble y régner une atmosphère lynchéenne sans doute renforcée par notre légère ivresse. Et surtout l’impression d’avoir vécu un moment unique, loin de l’agitation frénétique de la ville. Comme d’habitude dans ce genre d’expérience immersive, l’impact sera à la hauteur de ce que vous voudrez bien y mettre de vous-même. Un seul conseil, donc, d’ailleurs valable pour tous les plans à trois : choisissez bien la personne avec qui vous vivrez l’aventure ;)

The Threesome Tollbooth
Williamsburg, New York
100-120 $ / personne la séance (environ 90 min)
http://threesometollbooth.com/

 

Le site web minimaliste du Threesome Tollbooth répond avec humour à quelques-unes des questions fréquemment posées. Extraits :

« What exactly is the idea here?
Threesome Tollbooth is a bar the size of a tollbooth that holds three people – one bartender and two guests.
Um, is this secretly some sort of sex club?
No. We make cocktails.
Can I bring a big group of my friends?
We have room for only you and one person with whom you are very comfortable. Are you sure that your companion is up for small spaces? (Specifically: if you can fit in an airplane seat, you can fit in our booth.)
Have you ever had a really claustrophobic person in the Tollbooth?
We understand that small rooms are not for everyone. May we offer you a drink to calm your nerves?
Do you have nonalcoholic options?
Unfortunately we don’t have the room. (We’re saving that for a « Foursome Guardshack » expansion.) »

La cantatrice chauve de Eugène Ionesco, l’ultime reprise de Lagarce à L’Athénée Louis Jouvet.
Un Bal Masqué aux voix exceptionnelles à l’Opéra Bastille
Mathias Daval
Né à Paris en 1977. Journaliste culture & nouveaux médias depuis 2001. Lauréat de la bourse du Centre National du Théâtre en 2014. Musicien, membre du groupe Dazie Mae. Cofondateur du journal I/O Gazette, éditeur pour The Theatre Times, et membre de la Fédération nationale des critiques de la presse, il vit actuellement entre Paris, Barcelone et d’autres dimensions de l’espace-temps plus difficilement accessibles.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *