People

Rétrospective magistrale de l’œuvre d’Yves Saint Laurent au Petit Palais

09 mars 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A la mort d’Yves Saint Laurent, Bertrand Delanoë a demandé à Pierre Bergé de « faire quelque chose ».  Ce quelque chose, ce sont , de 1957,  date où Yves Saint Laurent prend la tête de la maison Dior à 2002 où le maître de la Haute de Couture met fin à sa carrière, 307 vêtements,  puisés dans les 5000 de la fondation Bergé,  exposés dans un Petit Palais rénové,  jusqu’au 29 août 2010. Sans aucun doute,  l’exposition la plus sensible et la plus originale à voir cette saison à  Paris

Une rétrospective de mode dans un musée d’art , cela résume bien l’œuvre d’Yves Saint Laurent dont les robes sont toutes des toiles.  Cette exposition est la plus grande jamais faite sur l’artiste. Pour Pierre Bergé, «  Saint Laurent était capable de tout et c’est ce tout que nous avons voulu montrer ». Paris réussi dans cette exposition qui permet de comprendre l’œuvre d’Yves Saint Laurent de façon globale.

« Donner le pouvoir aux femmes en leur donnant le vestiaire des hommes », c’est sur cette idée que débute le parcours en montrant un caban sur pantalon, deux objets masculins  détournés et appropriés par les femmes, toutes les femmes, car  pour Saint Laurent, la mode devait servir à toutes les habiller, pas uniquement celles qui pouvaient se payer ses collections Haute Couture.

Le public tombera en extase devant le feu d’artifice de robes, smokings  et ensembles, jamais portés. En effet, les modèles exposés sont ceux que Yves Saint Laurent a pensé, dessiné et fait défiler.  Les couleurs explosent dans la salle de bal où s’opposent robes flamboyantes sur tapis rouge à un monument à la Soulages où le noir Saint Laurent  envahi un mur sur fond noir, éclairé par des  lumières alternatives. Les détails éclatent dans la salle dédiée à l’art, dont la pièce la plus célèbre est la robe Mondrian. On découvrira avec bonheur l’hommage brodé aux Yeux d’Elsa et aux ailes de Cocteau.

Exposition politique également, à l’occasion d’une salle consacré à la collection été 1971 , « retro », entièrement hommage aux années 40, en période de réveil  sur l’occupation, la collection révolte la presse mais est adulée par la rue.

Tous les vêtements montrés sont d’une actualité et d’une beauté sans faille. L’événement permet  à la fois de toucher des yeux les tissus , les pierres et les plumes jamais accessibles au plus grand nombre mais surtout de comprendre à quel point Saint Laurent a libéré les femmes et a inventé le style.

Musée du Petit Palais, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris, 01 53 43 40 00, M Champs Elysées-Clemenceau, Concorde, Ouverture Du mardi au dimanche de 10h à 17h40  Fermé le lundi et jours fériés, 11€, TR 8€

 Crédits photos affiche: Pierre Boulat design-Philippe Apeloig

Crédit photo robe: Alexandre Guirkinger

 

Marc Lavoine égérie Cerruti
Une belle affiche pour le festival Art Rock
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

3 thoughts on “Rétrospective magistrale de l’œuvre d’Yves Saint Laurent au Petit Palais”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *