People
Le petit bonhomme en cire qui fait aller les gens au musée

Le petit bonhomme en cire qui fait aller les gens au musée

31 janvier 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

La statue de Patrick Sébastien entre au Musée Grévin. L’animateur de télé, par ailleurs très populaire, apparaît donc en tant que témoignage de notre époque. Ou si l’on considère l’une des utilités du Musée Grévin, de notre histoire…Qu’en penser ?

Patrick Sebastien132 années après son inauguration, le Musée Grévin (Paris 9ème) accueille la statue de cire de Patrick Sébastien. Qu’en dire ? Le but du Musée, qui compte pas moins de 300 personnages, est de conserver des souvenirs de l’histoire de la France à travers ceux qui l’ont faite sur le plan politique, mais d’un autre côté, de compter dans ses rangs des figures très populaires. L’animateur de télé blond est incontestablement de ceux-ci. On pourrait même avancer qu’il est LE plus populaire des animateurs.

Après avoir justifié cette intronisation, on peut se replonger dans son parcours de présentateur –il a toujours su parler aux gens de façon simple, ou remettre à la mode des genres comme le cabaret- de romancier –là, c’est moins utile déjà- de chanteur –de belles ventes mais…- de réalisateur –T’aime, tourné en l’an 2000…Bon. Gardons juste le présentateur. Ou, pour les plus rétifs, le personnage populaire.

Visuel : © pochette disque Patrick Sébastien

La recette de Claude : Gateau mousseline
« Noir désir Point Final » de Marc Besse : vie et mort du plus grand groupe de Rock français
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture