Livres

« Noir désir Point Final » de Marc Besse : vie et mort du plus grand groupe de Rock français

« Noir désir Point Final » de Marc Besse : vie et mort du plus grand groupe de Rock français

31 janvier 2014 | PAR Alice Dubois

Journaliste historique des Inrockuptibles, Marc Besse réédite la fameuse bible de Noir Désir qu’il avait publiée en 2012. En rupture de stock 15 jours après sa parution, Noir désir à l’envers, à l’endroit n’avait jamais été réédité. Cette nouvelle version actualisée et augmentée met un point final à une épopée musicale et humaine qui dura plus de 30 ans.

[rating=5]

NoirDesirPointFinalSans langue de bois ni voyeurisme, Marc Besse est sans doute le journaliste qui connaît le mieux Noir Désir. Laissant tourner les magnétos jusqu’au fond des silences, il a suivi les quatre garçons depuis leurs débuts bordelais dans les années 80 jusqu’à ce jour fatidique de 2010 où la rupture définitive sonna le glas. Toujours discrets, se dévoilant peu, il faudra l’amitié de Marc Besse pour lever le voile sur quatre personnalités bien différentes et approcher d’un peu plus près le mystère.

1986. Alors que Bordeaux fait figure de vitrine du Rock français, que les groupes comme les Standards ou Strychnine s’y bousculent, le quatuor se démarque déjà par la saveur si particulière de ses textes qui chamboule le traditionnel rock français émergent. Bertrand Cantat au chant, Serge Teyssot-Gay à la guitare, Frédéric Vidalenc à la basse et Denis Barthe à la batterie, potes de lycée, écument les planches des bars depuis quelques années, bossent comme rodies et répétent dans les garages. C’est là qu’ils fabriquent leur propre son, inspirés par Gun Club et tout le mouvement post punk. Cette année là, ils enregistrent leur premier EP. 6 morceaux regroupés sous le titre « Où veux-tu que j’regarde ». Noir Désir est né. Déjà, la belle gueule de leur chanteur charismatique en énerve plus d’un. Tous parient sur une récupération rapide par les médias et la grosse machine parisienne…Loupé. Avec leur deuxième album, « Veuillez rendre l’âme (à qui elle appartient) » vendu à plus de 100 000 exemplaires et le fameux « Aux sombres héros de l’Amer », la machine est lancée.

« On se sent assez proches d’écrivains comme Faulkner, Selby ou Tennessee William. Dans leurs livres, dans nos morceaux aussi, les gens sont damnés dès l’origine. » (Bertrand Cantat – 1987)

Pendant 30 ans, soudés malgré les coups de gueule, enchaînant les succès, unis comme un seul homme dans leur clan bordelais face aux médias affamés, Noir désir va révolutionner le rock français et devient le symbole de toute une génération. Du mythique « Tostaky » en 1992 à l’album « 666.667 Club » sorti en 1996, le groupe ne cesse d’évoluer musicalement. Quittant la rage adolescente pour l’engagement citoyen, les riffs stridents pour des dissonances plus joyeuses, Noir Désir fait preuve d’audace, évite les clichés et prouve jusqu’en 2001 avec « Des visages, des figures » que la maturité lui va bien et qu’il a encore beaucoup de choses à dire.

Et puis, évidemment, il y a la rencontre avec Marie Trintignant, Vilnius, la prison, l’après drame et le suicide de Kristina Rady.  Mais pas de place pour les spéculations, juste les faits. Comme le dit si bien un des témoins voulu rester anonyme : « (…) ceux qui savent se taisent et ceux qui parlent ne savent rien. ».

En 2010, contre toute attente, on apprend que de nouveaux morceaux ont été enregistrés: un nouvel album est prêt. Noir Désir serait encore vivant. Mais alors que l’avenir se dessine enfin sous des cieux plus cléments, que les lourdes querelles ont été mises de côté, tout bascule et tout s’écroule…comme si tout était allé trop loin. Clap de fin.

Témoin attentif et respectueux, recueillant témoignages et confidences, Marc Besse signe ici la biographie idéale pour tous ceux qui souhaitent faire le lien entre l’humain et la musique et approcher ce qui se cache derrière le plus grand phénomène Rock de l’hexagone.

 

Noir Désir Point final de Marc Besse, Editions du Ring – Collection « Dansons vite avant l’apocalypse ». Parution : Janvier 2014 – 432 p. Prix: 7,90€ 

Visuel: © Couverture du livre

Le petit bonhomme en cire qui fait aller les gens au musée
« The hateful agents » : Tarantino ne revient plus
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *