Mode
Un printemps-été 2022 mini, taille-basse et croppé – PFW

Un printemps-été 2022 mini, taille-basse et croppé – PFW

15 octobre 2021 | PAR Camille Bois Martin

Les nouvelles silhouettes à retenir pour le printemps-été 2022 se retrouvent dans les collections proposées par Coperni, Miu Miu ou encore Ludovic de Saint Sernin, dont les défilés ont balisé les prochaines tendances. Entre hauts très courts, jupes-shorts mini-mini ou taille basse, la mode prend l’air.

Crop-top et taille basse 

Le ton est donné : les crops sont à porter avec un bas taille basse. Que ce soit chez Miu Miu, Coperni ou Ludovic de Saint Sernin, le ventre est dénudé. Nos tailles-hautes préférés sont à troquer pour des jupes à sequins low-rise dont l’association avec un top croisé proposée par Coperni transforme la silhouette du mannequin en sirène (une mannequin aux longs cheveux rouges nous rappelle même Ariel). Miuccia Prada quant à elle propose des silhouettes plus casual : un pantacourt droit ou un pantalon de tailleur large, tous deux ceinturés à l’extrême limite du bas-ventre, portés avec des hauts aussi courts qu’une brassière. Ludovic de Saint Sernin prend lui le parti d’un bas moins descendu mais d’un top réduit à quelques lanières, tout juste assez large pour couvrir la poitrine. 

Des bas mimis et archi minis

Ce printemps, on montre tout ! Ou presque. En plus du ventre, les créateurs ont décidé de découvrir les jambes. Résultat? Des jupes mini-mini pour Miuccia Prada qui joue sur des matières casual, réinventant le cargo baggy en bas sexy-nini. Chez Ludovic de Saint Sernin, on opte pour des paréos-culottes argentés ou dorés, accessoires plus que vêtements recouvrants. Pour Coperni, les directeurs artistiques Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant prennent carrément le partie du body ou de la culotte  — à strass bien sûr —, et c’est tout. Bref, il ne nous reste plus qu’à espérer du beau temps au prochain printemps.

Il n’y a que maille qui m’aille 

En armure sensuelle pour Ludovic de Saint Sernin ou en laine chez Miu Miu, la maille est déstructurée. Miuccia Prada s’empare de nos vieux pulls et construit un look uniforme et unicolore : même matière, même couleur. Pour Ludovic de Saint Sernin, le maillage est plus subtile, et ressemble à une armure de strass. Sa collection, qui s’inspire du conte chevaleresque Livre du Coeur d’amour épris de René d’Anjou (XVe siècle), transforme une source gothique et sombre en silhouettes désirables et sensuelles, à porter en boite, nouveau champ de bataille du XXIe siècle.

 

Visuels 7,8,9,16,17 et 18 : © Luca Tombilini, Ludovic de Saint Sernin courtesy

Visuels 1,2,3,10,11,14 et 15 : © FHCM, Miu Miu courtesy

Visuels 4,5,6,12,13 et 19 : © Luca Tombilini, Coperni courtesy

Play : l’onirisme selon Alexander Ekman
Les « Aventures du Baron de Münchhausen » à Compiègne, un mime-opéra loufoque
Camille Bois Martin
Étudiante en Master de Journalisme Culturel (Sorbonne Nouvelle)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture