Mode
Pérou : tendance en pluie diluvienne

Pérou : tendance en pluie diluvienne

16 avril 2013 | PAR Mariska Konkoly

dolceandgabbanass2013womenfashionshowrunawaybackstagesicilyfolkphoto041 (1)Marqué par la culture de la couleur, du tout chatoyant des arts graphiques et costumiers, le Pérou s’invite au cœur des tendances de ce printemps-été. Un bal majestueux qui se réinvente au fil des pierres, des pompons, du flashy-chic et jamais kitch qui emballe les bracelets devenus volumineux et les colliers, parures et miroirs de l’ethnique contemporain. L’imprimé est résolument alarmant de superpositions éclectiques et d’accessoires qui s’accumulent avec passion au gré de peintures fastueuses et fantasques, inspiré d’une culture où l’art du costume coloré est devenu inspiration.

Chez les créateurs, c’est l’acte majeur de la coutume de la couleur qui s’est fait l’icône de la broderie, de la ligne et du point. Une effervescence artistique qui renouvelle avec élégance et métamorphose le « pop-color » venu d’ailleurs. Aurélie Bidermann, trône sur l’accessoire riche et voluptueux, fait de tresses et de chaînes édifiantes, qui portent les doux noms de « Do Brasil »,  « Malibu » ou encore « Copacabana », le voyage devient le leitmotiv d’une fresque au large de l’océan Pacifique. Plus loin encore dans le motif péruvien, c’est Dolce & Gabbana, qui mêle le baroque à l’appel de l’ailleurs, fantasmagorie d’un désir d’opulence représentée par ces boucles d’oreilles décuplées, poussées au simple paroxysme des pompons, de la médaille, de la dentelle ajourée et dorée, en une pièce forte et majestueuse. Et les vestes d’Olivier Rousteing pour Balmain, où la grâce se mêle à la rigidité du raphia, où la courbe devient maîtresse. La mode s’expose devant cet univers de la belle accumulation, pépite de lumière et d’enchevêtrements colorés. Etro popularise le motif concentré et dépendant de son image, le cachemire signature se met à fleurir à l’appel du monde, s’étiole en d’autres tons et s’ethnise à vue d’œil en dessinant des coupes amples. Isabel Marant, au loin des ponchos puise dans l’Hawai, où s’évapore l’imprimé et le motif décuplé par la brillance dessinant la féminité.

Une armada de couleurs et de franges affrontant avec passion et véhémence le doux son de la lumière ensoleillée, festoyant avec le motif et la coloration exaltée dessine une des tendances majeures du printemps-été. 

Visuel (c) : Dolce and Gabbana

Anne Frank « une fille super » ! Merci Bieber…
Pour les grands et les petits : « Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu »
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture