Mode
Maria Grazia Chiuri s’inspire du Théâtre de la Mode pour sa collection Haute Couture Online

Maria Grazia Chiuri s’inspire du Théâtre de la Mode pour sa collection Haute Couture Online

29 juillet 2020 | PAR Cloe Assire

« Le Mythe Dior » : tel est le nom choisi pour référer à la collection Haute Couture présentée en ligne via le calendrier officiel le 6 juillet à 14h30. Univers surréaliste, personnages fantastiques, tout semble avoir été conçu pour nous faire rêver. Pari réussi pour Maria Grazia Chiuri qui laissa la rédaction enchantée. 

Directrice artistique de la maison Dior depuis juillet 2016 – première femme à ce poste – l’italienne Maria Grazia Chiuri a décidé de travailler en collaboration avec Matteo Garrone pour la présentation hors-norme de sa collection. A l’origine du film « Pinocchio » sorti en 2019, le réalisateur romain dépeint à merveilles le rêve qu’a voulu nous transmettre la créatrice dans un contexte de crise sanitaire. Le court-métrage, d’une durée de 14min43, se trouve ici dans son intégralité.

Une lumière dorée, intimiste, baigne l’atelier de couture où des « petites mains » œuvrent sur des bustes miniatures. L’impression première de tenues destinées à des poupées sera cependant vite démentie tant chacun des détails de cette collection aux dimensions réduites fut soigné : broderies, boutons, étiquettes. Rien ne manque et il s’agit donc bel et bien d’une ligne réelle que la créatrice propose et non pas d’un vulgaire simulacre.Les robes péplum se succèdent tout comme l’usage massif de shantung, une soie sauvage originaire d’une province chinoise du même nom. Le savoir-faire est donc bel et bien au rendez-vous ce qui n’est pas sans rappeler le célèbre Théâtre de la Mode. En 1945, alors que la pénurie de textiles fait rage, l’Entraide Française avait sollicité la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne pour remettre le savoir-faire français au-devant de la scène. En résultent 60 tailleurs et robes miniatures conçus par des couturiers français avant de donner lieu à une exposition au Louvre du 28 mars au 29 avril de la même année.

De suite, nous sommes charmés d’autant que prend ensuite place une nature sublime, irréelle, où deux porteurs avancent, tenant à bout de bras les locaux de la maison Dior situés Avenue Montaigne. Des arrêts auprès d’une étonnante clientèle jalonnent leurs parcours : nymphes, sirène, Narcisse, statue de Vénus se succèdent, renvoyant indéniablement aux « Métamorphoses » d’Ovide. Les hommes présentent la collection à la clientèle depuis leurs étranges domiciles, prennent leurs mensurations et repartent avec la commande afin que les couturières puissent remettre les tenues à la bonne échelle. Une belle métaphore sur le fonctionnement de la Haute Couture qui continue de venir à nous, même depuis nos téléphones. Après la présentation, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode diffusa une interview de Maria Grazia Chiuri. La directrice artistique de la maison Dior y constate que la pandémie a considérablement changé nos vies personnelles ainsi que nos habitudes de travail. Échapper à la réalité fut pour elle une nécessité. Avec « Le Mythe Dior », le but était de créer un vecteur de rêve.

Chacune des robes porte d’ailleurs le nom de femmes renvoyant aux « muses » de la directrice artistique de la maison comme Lee (pour Lee Miller), Dora (pour Dora Maar), ou encore Jacqueline (pour Jacqueline Lamba). Leur point commun ? Toutes sont des femmes du XXème siècle dont l’histoire dissimule souvent leur travail d’artiste au profit de leur beauté ou de leurs amants célèbres comme Gala et Dali. Une façon pour Maria Grazia Chiuri de rappeler son engagement féministe à l’image du mouvement Female Gaze luttant pour donner davantage de visibilité aux talents féminins. Pour elle, la mode se doit d’être porteuse de messages politiques en étant l’expression de la liberté. Alors que la maison Dior a vu les hommes se succéder à sa tête, Maria Grazia Chiuri poursuit son envie de montrer aux femmes qu’elles doivent se voir à travers leur propre regard. Ce fut donc un plaisir de découvrir sa première robe de mariée pour la maison !

Crédits : captures d’écran réalisées à partir de la vidéo de Matteo Garrone pour Dior

L’avocate et féministe Gisèle Halimi est morte
La maison Ralph & Russo innove avec son avatar, Hauli
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *