Tendances
[Live report] Un été Indien pour la 8e édition des soirées Culture Perchée

[Live report] Un été Indien pour la 8e édition des soirées Culture Perchée

07 septembre 2015 | PAR La Rédaction

Pour la huitième fois, le Perchoir donnait carte blanche à Toute La Culture. Pour ce premier dimanche de septembre au soleil présent mais frileux le thème fut naturellement « l’été Indien ».  De la musique de Badeli au tube de Joe Dassin, récit.

Le trés cosy bar du 6e étage était devenu un temple aux inspirations bollywoodiennes. Tentures et draperies venaient casser l’habituel chic du lieu pour le faire voyager. Au sol, face à un public à l’attention captive, Amanat Ali Kawa, fondateur et leader de Badeli va bientôt faire glisser ses doigts sur la cithare. A ses côtés, le joueur de tabla Farouk Hussain, écoute, absorbe le son. Bientôt, les deux virtuoses joueront ensemble, un chant de prés d’une heure, continue aux rythmes d’une complexité folle qui font entrer tout corps dans un état de profonde introspection. Ils jouent une musique classique de l’Inde du Nord. Pour la petite histoire, l’arrière grand-père d’Amanat « était aussi le professeur de musique de la famille royale de Jaïpur ». Son père, célèbre musicien et enseignant fut l’élève de Ustad Amir Khan.

La prestation fut acoustique, sans chant, dans une circulation mystique où la rapidité d’exécution devient hypnotique.

La transition était parfaite pour se diriger vers le cours de Yoga de Nico Shanti. Face à une classe installée dans le restaurant du Perchoir vidé pour l’occasion, les élèves qui tous avaient un rapport différent à la pratique, ont pu traverser les postures classiques du guerrier, de la lune, s’essayer aux salutations au soleil, pour finir, accompagnés par Amanat Ali Kawa à la cithare par un Savsana des plus chaleureux. Une participante nous glisse « c’était magique. On a commencé avec le jour, et lorsque nous avons ouvert les yeux, il faisait nuit »

Tandis que le froid tombait doucement sur le 7ème étage où les plus courageux ont continué à boire en regardant paris sous un Plaid, au bar du 6ème étage, le Blind Test a rapidement fait grimper le thermomètre. Le thème était pointu, pour cette 8ème édition des soirées de Culture Perchée. En accord avec la soirée été indien, les titres sélectionnés par Bastien Stisi tournaient tous autour du psychédélisme. Sur le mot code de « Lévitation », les équipes se sont battus avec rage et détermination, jouant de vitesse pour nommer les Pink Floyds ou les Stones mais ne négligeant pas les indices donnés pour trouver des artistes plus pointus ou des groupes qui ont eu une phase psychédélique un peu oubliée. En sirotant le cocktail signature de la soirée, « India Song » (gin, sherry, tonic, Cranberry et Bitter « Manu » fait maison) les observateurs ont pu apprendre que l’influence de la musique indienne n’est pas passée de mode, puisque La femme, Tame Impala, ou Moodoïd faisaient partie des festivités. Après une lutte très serrée entre les équipes des « Tata Kashmir » et « LCTAM », où les points se départageaient parfois au corps à corps de danse, ce sont les LCTAM qui l’ont emporté, ravis de leurs lots ! Grâce à nos partenaires de cette 8ème édition des soirées de Culture Perchée, le Musée Guimet et la maison d’édition de films Carlotta, les gagnants du Blind Test vont redécouvrir les collections du Musée des Arts Asiatiques et certains grands classiques sur l’Inde comme Le Fleuve de Jean Renoir.
La soirée s’est terminée comme il se doit : par une petite boum parfaite pour un dimanche soir, avec des sons choisis et passés avec soin par Bastien Stisi. Lundi 7 septembre, la rentrée reprend ses droits et les cultureux et les perchés un peu sérieux sont rentrés aux douze coups de minuit. Rendez-vous le 11 octobre pour une nouvelle édition avec pour thème « Les impressionnismes ». Une soirée de Toute la Culture qui s’annonce colorée au Perchoir!

Yaël Hirsch et Amélie Blaustein Niddam

Visuels :© YH

[Exposition] « Le Bouddhisme de Madame Butterfly » se pose au Musée d’Ethnographie de Genève
L’agenda culture de la semaine du 7 septembre 2015
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *