Tendances
[LIVE-REPORT] : Un cinékaraoké populaire et festif en clôture de Paris Cinéma

[LIVE-REPORT] : Un cinékaraoké populaire et festif en clôture de Paris Cinéma

10 juillet 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

[rating=5]

Alors que le palmarès de Paris Cinéma a été proclamé, lundi 8 juillet 2013, selon la tradition cette 11ème édition festival s’est terminée dans la joie, la danse, le chant… et bien sûr le cinéma, avec un CinéKaraoké installé sur les berges de la Seine entre le Pont de la Concorde et la passerelle Senghor. Un évènement libre, fréquenté par un public mélangé et très festif.

Sur le Grand écran installé le long des quais entre l’Assemblée Nationale et le Musée d’Orsay, Paris Cinéma a choisi des extraits de films chantés. Avec une vue magique sur le Grand Palais et la Seine, volontiers debout ou affalé sur de grands bancs de bois et ravitaillé par des guinguettes latérale, un public plutôt élégant, volontiers étudiant mais pas seulement chantait, dansait un peu et surtout jouait au jeu de reconnaître au plus vite les extraits.

Du strip-tease de Kim Bassinger dans « 9 semaines et demie » au clin d’œil à la Statue de la Liberté avec un final sur « New-York New-York » selon l’original de Liza Minnelli dans le Scorcese en passant par des biopics très français (« Cloclo » et « La Môme ») ou des références plus pointues (Allez chanter le « I’ve seen it all » de Bjork dans « Dancers in the dark » de Lars von Trier!), Paris Cinéma a réussi à trouver un programme à la fois pointu et populaire.

Et le public a suivi, reconnaissant du Leos Carax (K. Minogue dans « Holy Motors »!), chantant en anglais pour les comédies musicales, mais aussi en espagnol « Por que te vas », exultant sur les Demoiselles de Rochefort et esquissant quelques pas de chorégraphie sur la fameuse Carioca de Darmon et Chabat dans la « Cité de la peur ». Un moment de cinéma et de musique d’une simplicité folle, qui tenait en même temps (les robes d’été légères et la beauté de Paris aidant!) de la véritable magie… Vivement la 12ème édition.

On a fait tout ce qu’on a pu, mais tout s’est passé comme d’habitude… dans la jungle des sub’ avec Philippe Fenwick
El Djoudour : quand les racines sont le métissage
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture