Le Buzz
« The Artist » : Michel Hazanavicius poursuivi pour plagiat

« The Artist » : Michel Hazanavicius poursuivi pour plagiat

04 septembre 2014 | PAR Fanny Bernardon

Info ou intox, le scénariste Christophe Valdenaire accuse le père de George Valentin (Jean Dujardin) de lui avoir volé son histoire. Retour sur une révélation qui pourrait faire du bruit.

Rappelons avant de commencer que le plagiat est une faute morale, civile et pénale qui s’apparente à ce qu’on appelle un vol immatériel. Il consiste pour une personne à copier indûment un artiste sans le mentionner ensuite. Le plagiat peut-être involontaire, mais il peut aussi, et c’est ce dont Mr Valdenaire accuse Hazanavicius, être volontairement dissimulé.

Alors que Michel Hazanavicius, scénariste et réalisateur de The Artist, et Thomas Langmann, son producteur, semblent avoir la conscience tranquille, Mr Valdenaire ne cesse de crier à qui voudra l’entendre que l’artiste est à lui ! En effet en mars 2013, il décrivait déjà sur son blog les raisons de son accusation, listant point par point les preuves de ce qu’il avance. Petit résumé desdites preuves.

Son histoire, intitulée  TIMIDITY, la Symphonie du petit homme, qui date de 1998, contiendrait des similitudes flagrantes avec celle de Hazanavicius. Des personnages dont les chemins se croisent dans les mêmes conditions, les acteurs et les producteurs qui s’inquiètent de leur avenir quant au bouleversement que représente le parlant, les scènes dansées, l’amour d’une femme qui sauve le destin du héros…en somme, assure-t-il, une copie de sa timidité…

Comment Hazanavicius aurait eu vent de cette juteuse histoire ? Christophe Valdenaire répond à cela en racontant son ambition de caster, pour un de ses rôles, Bérénice Béjo (la compagne de Michel Hazanavicius), alors que le projet n’était encore qu’embryonnaire.

Le plaignant surenchérit en expliquant que des essais pellicules et les demandes auprès des maisons de distribution-production avaient déjà été réalisées.

Alors que son projet grandit, Michel Hazanavicius présente une histoire dans laquelle Mr Valdenaire perçoit des « ressemblances incontestables ». Il veut faire entendre sa parole et ses droits d’auteur en saisissant la Justice. En attendant que celle-ci officie, le père de The Artist et sa maison de production La Petite Reine se défendent. Michel Hazanavicius répond simplement et tranquillement : « Lisez son scénario et comparez nos films ! »
Ce qui semble en effet être la meilleure chose à faire pour dénouer le vrai du faux !

Cela sera, en tout cas, l’occasion de voir ou de revoir le film qui a reçu cinq Oscars et pour lequel Michel Hazanavicius a reçu ,en 2012, le César du meilleur réalisateur.

Visuel à la Une : @ Capture d’écran Allociné (© La Petite Reine / La Classe Américaine / Roger Arpajou) / Visuel : @ Capture d’écran Obs

La rentrée de la Cinémathèque : la parole aux colts, avec Sergio Leone
Delacourt, Reinhardt, Salvayre et Foenkinos sur la première sélection du Goncourt
Fanny Bernardon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *