Le Buzz

Location d’amis au Japon…

Location d’amis au Japon…

15 mars 2013 | PAR JD

Il y a quelques années, le monde découvrait les Host café, lieu où les âmes esseulées peuvent se désaltérer tout en profitant de la compagnie et de la conversation d’une jeune et belle personne travaillant pour le lieu. Aujourd’hui, c’est un service de location d’amis vient de voir le jour au Japon. Les jeunes Japonais préfèrent payer plutôt que de s’afficher seuls en public.

Il est difficile de se faire des amis au pays des sushis ! Difficile, certes, mais pas impossible de garder la face en recourant aux services de Client Partners, une entreprise tokyoïte qui propose de louer un ami d’après le journal japonais Yomiuri Shimbun.

Face à la difficulté croissante que rencontrent les japonais à développer des liens d’amitié, Client Partners propose ainsi de mettre à disposition un ou plusieurs amis, homme ou femme, à de nombreux Japonais désireux de s’afficher accompagnés. Le phénomène tendrait à s’intensifier et toucherait une population psychologiquement fragile dans un pays ou le regard d’autrui revêt une importance capitale.

Le magazine masculin Gentside rapporte ainsi l’exemple de Kuoichi, jeune Japonais ayant payé 30 000 yens (250 euros) afin de se faire accompagner l’été dernier par deux jeunes filles lors d’une soirée en boîte de nuit. Fauché mais satisfait, le client affirme (propos rapporté par Gentside) : « C’est un soulagement de savoir que les autres vont vous accepter sans condition. Je n’étais plus seul ».

Mais à la question de savoir si une telle amitié pourrait éventuellement se transformer en relation sexuelle tarifée, Client Partners est formel : Ce que l’entreprise propose n’est pas un service de prostitution mais un service d’intérêt social. Mais qu’allions nous imaginer là… ? Les Japonais ayant recours à ce service n’auraient d’autre envie que de ne pas apparaître seul en public.

La location d’amis : personne n’en a rêvé, Client Partners l’a fait !

Photo (c) : drapeau Japon

Goncourt du premier roman 2013 décerné à « Un homme effacé » d’Alexandre Postel
Fabien Onteniente réclame des états généraux de la comédie française
JD

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *