Le Buzz
Le lancer de chats de Jan Fabre fait scandale

Le lancer de chats de Jan Fabre fait scandale

06 novembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le chorégraphe, metteur en scène et plasticien Jan Fabre fait l’objet d’un harcèlement démesuré depuis la reprise de sa performance créée dans les années 80 en référence à Dali Atomicus.

En 1948, Dali pose pour une photo parue dans Life. On y voit le peintre lancer des félins dans un geste accompagné d’un jet d’eau. Jan Fabre avait déjà reproduit la performance accompagnant la photo dans les années 1980 et a réitéré son acte dans les escaliers de l’hôtel de ville d’Anvers suscitant la colère des associations de défense des animaux. Harcelé depuis, Jan Fabre a évoqué chez nos confrères de De Standaard avoir reçu « 20 000 mails le traitant de tous les noms » et, plus grave, s’être « fait agressé par sept hommes qui l’ont violemment battu alors qu’il faisait son jogging dans un parc anversois ».

Le performeur s’est excusé regrettant « vivement que ces chats soient mal retombés », ce qui n’a pas calmé ses détracteurs.

Mais qui est Jan Fabre ?

Dans une interview qu’il nous a accordée en mars, Jan Fabre évoquait l’unité de son travail : « Tout est pareil, tout se rejoint, l’amour de la beauté, de l’art fait naître la peinture, la sculpture, le théâtre, la danse ou l’écriture… ». Qui a déjà vu ses spectacles sait à quel point il n’est jamais question de basse provocation ici mais bien de recherche aux sources même de l’humain. Au Louvre, artiste associé, il avait sculpté les os pour les confronter à la violence de la peinture flamande. A Avignon, son Histoire des larmes plaçait des danseurs hurlant, en couche culotte, entouré d’escabeaux. Le métal et les pleurs, allégorie de l’accouchement au forceps, violence du premier moment d’arrivée au monde était dite. Avignon toujours, Orgie de la Tolérance, un christ blasé passait en fond de scène, image de la manipulation des images. Et toujours, il a l’exigence, l’obsession du geste parfait qui lui fait danser uniquement des artistes issus d’une formation classique.

Jan Fabre est un guerrier de la beauté. Comme le rappelait Valérie Da Costa, auteure de « Quand le corps exulte : manifestation des fluides corporels dans l’espace chorégraphique de Jan Fabre ». « Tout est affaire de transgression dans l’univers de Jan Fabre car il s’agit de pousser les danseurs au-delà de leurs limites pour révéler cette part de nous-mêmes qui est la plus animale, la moins humaine où la chair est mise à nu et montrée dans son état le plus cru. Il n’y a donc aucune bienséance ni bienfaisance dans ses chorégraphies ».

Ceux qui y voient de la provocation se trompent. Jan Fabre se place dans la lignée de Duchamps enfermant son sperme dans la Boite en Valise ou plus loin, de Caravage faisant couler le sang dans la  Décollation de saint Jean-Baptiste.

Ce fou du passé, et du Moyen Âge particulièrement, époque où l’inconscient se livre brut, où l’on brûle, saigne et pue. Epoque où les chats étaient  considérés (par une bulle papale) comme les serviteurs du diable. Ils étaient plutôt mal vus.

Dans ce geste Jan Fabre en appelle à un double héritage, celui du déjà performeur avant l’heure Salvator Dali et de ses racines chrétiennes. Son acte est incompréhensible pris dans l’instant, comme à chaque fois que l’on a voulu extraire de ses spectacles une image choc, décontextualisée.

Ici, la vidéo circulant sur la toile est abjecte, comment le penser autrement. Peut-être en se rappelant qu’il est difficile de juger de l’œuvre de Jan Fabre sur quelques secondes.

Ce lancer de chats fait partie d’un projet de film biographique : La beauté du guerrier. On attendra le résultat avant de hurler.

Visuel (c) Bernice Clerc

 

 

 

 

Zéro s’est endormi ? aux Artistic Athévains, entre rêve et réalité
Robert Pattinson est la nouvelle égérie Dior
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]laculture.com

One thought on “Le lancer de chats de Jan Fabre fait scandale”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *