Le Buzz

La chaine Paris Première gagne son procès contre les antitabac

La chaine Paris Première gagne son procès contre les antitabac

18 mars 2013 | PAR Marie Pichereau

Le verdict vient de tomber. Le tribunal correctionnel de Paris a décidé de ne pas condamner la chaine pour avoir laissé fumer ses invités lors de l’une de ses diffusions.

L’affaire remonte à novembre 2011. Lors de l’émission « Rive Droite » diffusée en seconde partie de soirée sur la chaine, les invités présents (Benjamin Biolay, Phillippe Tesson et Virginie Efira), avaient allumé une cigarette tout en dissertant sur l’actualité. Dès lors une association antitabac était montée au créneau, reprochant à l’émission d’inciter par ses actes, à fumer et consommer du tabac. Elle expliquait que le fait que ces personnes « branchées » agissent de manière aussi naturelle devant les caméras avait un « impact extrêmement important », Source ozap.com. Ces actes contribuaient entre autre, à la banalisation du tabac. Suite à cela, l’association avait attaqué la chaine pour publicité et propagande en faveur du tabac.

Depuis la loi Evin de 1991, il est désormais impossible aux chaînes de télévisions de faire la moindre publicité directe ou indirecte sur la cigarette. Cela va de soi, diffuser des images de personnes sur plateaux, en train de fumer est proscrit. Pourtant, la chaîne thématique du groupe M6 semble être passée entre les mailles du filet. Ce qui n’est pas le cas de Canal +, qui avait reçu une mise en demeure de la part du CSA pour des faits similaires (Catherine Deneuve avait fumé sur le plateau du petit journal, largement incitée par Yann Barthès).

C’est bien l’une des rares fois que la cigarette l’emporte sur les associations antitabac. Depuis quelques années, les combattants de la cigarette se sont multipliés et s’attaquent farouchement aux fumeurs. Un leitmotiv tout à fait légitime, mais qui crée le plus souvent la polémique puisque certains jugent que les gens devraient être capables d’établir un libre-arbitrage de leur propre chef. En tête de fil, l’écrivain Jean-Christophe Ruffin, qui s’insurgeait en juillet dernier en comparant la lutte contre le tabagisme à une forme de terrorisme, Source le Figaro.

Tout s’est donc bien terminé pour Paris Première, qui ne subira pas les foudres sévères de la loi Evin. Lors du procès, celle-ci s’était bien défendue en expliquant que Rive droite : « n’était pas regardée par les jeunes mais qu’elle visait des CSP+, sachant faire la part des choses ». Elle a également soulignée que : « aucune des personnalités ne faisaient de « discours laudatif ou incitatif » à l’égard du tabac. ».

Visuels : Capture d’écran.

Les incontournables de la semaine du 18 mars
Farfalle, le nœud papillon nommé désir
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *