Tendances
La Splendens Factory investit la rue Muller

La Splendens Factory investit la rue Muller

22 janvier 2013 | PAR Yaël Hirsch

Dans l’enchevêtrement de pièces de la bicoque d’artistes de la rue Muller, les artistes de la Splendens Factory, orchestrée par Adrien Moisson (Fondateur d’Elegangz). Jeudi 17 janvier avait lieu la soirée Grolsch, où la blonde et la musique coulaient à flots d’un espace à l’autre. L’occasion de découvrir groupes et plasticiens.

Jeudi 17 janvier. Ambiance à la fois très hip et très décontractée au 6, rue Muller. On entre sur liste dans un lieu pluriel où les ambiances se multiplient. Dans la première maison, le rez-de chaussée est habité par un bluesman qui distille une fort jolie mélancolie. Le petit couloir de circulation est débordé de hipster buvant calmement leur bière Grolsch à même la bouteille. L’on peut placidement s’extraire de la foule en prenant les escaliers qui donnent sur deux étages. Certaines pièces sont des chambres d’artistes et l’on a surtout accès à une salle de séjour assez petite, remplie de ballons de baudruche et où se développe une autre ambiance musicale. Aux deuxième étage, le bon vieux grenier a été aménagé en bar sombre et mystérieux mais néanmoins très cosy, avec probablement le feeling le plus spacieux de l’endroit.

Retour au rez-de-chaussée. Si l’on passe de l’autre côté du couloir, l’on arrive à une courette décorée de néons où les visiteurs de ce se soir se massent malgré le froid saisissant et l’absence de chaufferettes? Fumer ou pas fumeur, là est la question…

De l’autre côté de cette vibrante cour, l’on a accès à des ateliers qui oscillent entre garage de répètes adolescent et loft revu et corrigé par un magnat de la com. Sur les deux grands espaces qui se dessinent, l’un met en scène plusieurs groupes pop et frais qui fascinent l’un après l’autre un public attentif, et l’autre permet de voir exposées les œuvres des artistes indépendants réunis par Adrien Moisson et le collectif splendens : graphisme et illustration (M Chat, Kim, Arnaud Pagès, Jérémy Schneider, Monsta), peinture (Jeanspezial), photo (Arno Bani, Silver Clash, Victor Picon), design culinaire (Guillaume Sanchez) et même création en pâte à,modeler (Alexandra Bruel).

Les artistes splendens qui ont investi la rue Muller depuis l’été dernier sont bel et bien des « talents pluridisciplinaires et complémentaires ». Et ils envisagent déjà de sortir de ce mignon espace, puisqu’une collaboration avec la galerie W est en ligne de mire! Pari gagné, donc pour le collectif, qui nous a montré jeudi dernier qu’en plus de maîtriser, formes, lignes et couleurs, ils savent également recevoir comme personne d’autre.

Liens vers tous les sites perso des artistes sur la page facebook de la Splendens  Factory.

Photos(c) Yaël Hirsch

Blitzkrieg, l’histoire du punk en 45 tours, de Géant Vert
Embarquement pour Sitter : Une Intense Action Restructurante
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “La Splendens Factory investit la rue Muller”

Commentaire(s)

  • Cauquelin

    Merci d’avoir l’obligeance de m’enregistrer afin d’assister à la Splendens Release Party,

    Franck Cauquelin, du journal PARIS-MONTMARTRE.

    Cordialement.

    février 17, 2013 at 13 h 35 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *