Jeux

Plus geek que geek, le mariage dans les jeux vidéo

Plus geek que geek, le mariage dans les jeux vidéo

13 février 2013 | PAR Sandra Bernard

Le mariage, l’un des fondements des sociétés est présent dans de nombreux aspects culturels, pratiques et juridiques de notre vie. Il est présent dans les films, les séries, les programmes télévisés, la littérature et même les informations pour les plus prestigieux d’entre eux. Il a longtemps représenté pour nombre d’hommes et de femmes un symbole, si ce n’est de bonheur tout du moins d’accomplissement. Cet encrage puissant dans les sociétés est visible même en des lieux où l’on ne s’y attend pas forcément. Ainsi, dès l’aube du divertissement numérique le mariage était présent dans les jeux vidéo, pourtant destinés aux enfants et plus particulièrement aux garçons.

 

 

 

Aussi, dans la majorité des jeux de premières générations, le héros devait sauver une jeune femme en détresse. Après avoir savaté bon nombre d’ennemis puis le gros méchant de l’histoire, le voila autorisé à convoler avec la frêle jouvencelle. L’on ne s’attardera pas ici sur le rôle plus que passif de la femme, ce n’est pas notre question pour le moment (un jour peut être pour le dossier journée de la femme). Le mariage était donc présenté ici comme la récompense finale et symbolisait l’accomplissement de la quête en même temps que son achèvement, étrangement, les femmes mariées n’intéressant pas les forces du mal… Dans street Fighter 2 (vidéo 3 vers 7 min 40), une des fins montre le héros marié et père de famille assis dans son salon  près du feu, sa douce et docile épouse lui proposant du thé… le rêve masculin en somme.

Les années passant, certains jeux se sont servis du mariage comme ressort scénaristique. Ainsi, dans Final Fantasy (FF) IX et X, le mariage ou son refus permettent l’avancée du scénario. Pour FF IX, dernier et magistral opus de la série sur Playstation one (PS1) c’est plutôt le coté humoristique qui est mis en avant. En effet, pour poursuivre sa quête, le groupe doit passer par la ville de Conde Petie dont les habitants n’acceptent de laisser passer les groupes mixtes que s’il y a un couple marié. Les deux héros principaux Djidane (Zidane) et Garnette (Dagger) passent alors devant le prêtre pour une cérémonie de pure convention. Si la jeune fille ne le voit que comme une simple formalité sans aucune valeur ni aucun engagement, Djidane éprouve quelques doutes. Ses scrupules et hésitations sont visibles dans les dialogues lorsqu’il demande à sa camarade si elle est bien sure vu que c’est quand même un mariage (en VO : « Now, hold on a sec, Dagger! Don’t you get it? This is marriage, m-a-r-r-i-a-g-e!« ). Lors de la scène du mariage, le joueur est invité à confirmer son accord pour cette (fausse) union. Dans la même ville, il est également possible de marier deux autres membres du groupe, Quina et Vivi, mais cela reste optionnel.

image issu du site uk.ign.com

Dans FFX, c’est un point de vue plus mature qui est abordé. Yuna, protagoniste féminin principal, fille du grand héros qui sauva le monde quelques années plus tôt se voit proposer le mariage par Seymour, le grand dirigeant de la religion officielle. C’est une surprise pour tout le monde, la jeune fille de 17 ans devant accomplir une mission mettant en jeu sa vie. Il s’agit ici d’un mariage de raison, lui voulant bénéficier du prestige de la jeune fille et elle ayant pour but de le sauver de ses ténèbres. Cependant, lors de la cérémonie de mariage, elle refuse finalement, préférant une fuite spectaculaire (voir la vidéo 1). Ses compagnons combattent et défont le prétendant. Ce non mariage est sévèrement puni. Les protagonistes sont envoyés dans la prison ecclésiastique et sont, dès lors, considérés comme hérétiques. Avant de poursuivre leur quête il leur faut s’échapper, mais cela est une autre histoire.

image issue du site club.ados.fr

Dans une veine plus fleur bleue et casual gaming (jeu occasionnel) on observe une multiplication des jeux de mariage du type Mariage en conte de fée, Prête pour se marier à Central parc, Mariée haute couture, Mariée sous la neige, Mariage en calèche et bien d’autres. Ces petits jeux, souvent disponibles gratuitement sur internet, proposent aux joueurs ou plutôt devrait-on dire, aux jeunes joueuses, de préparer un mariage de rêve avec maquillage, choix des robes, etc. Principalement destinés aux petites filles et pré-ado, ces jeux très roses, girly et glossy ont tendance à un peu tous se ressembler. L’on trouve également, parmi eux, des licences faisant références à des films ou des séries très connus comme le Mariage de Edward et Bella (de Twillight). Certains développeurs semblent toutefois avoir fait preuve d’humour avec des soft comme Jalouse de la mariée, où le joueur incarne une cousine jalouse qui fait tout pour saboter le mariage (bougie sur le bouquet, maquillage truqué, boules pour la faire glisser…) ou encore le pas très romantique Laver après un mariage dans lequel, une fois la fête passée, il faut tout ranger et nettoyer « Entre les cadeaux de mariage et les vêtements de la mariée dans la maison, les saletés dans la salle de mariage et la barrière à repeindre il y a de quoi faire. »

Capture site jeux de filles gratuit

Mais voici poindre le meilleur pour la fin, Catherine (vidéo 2). Ce jeu sorti sur consoles nex gen (nouvelle génération) en 2012 narre les aventures de Vincent, jeune informaticien trentenaire dont la petite amie, Katherine, le pousse au mariage après cinq ans de relation. Tout chamboulé par cette soudaine volonté de sa tendre moitié, il tombe dans les bras d’une jeune et séduisante jeune femme un soir de beuverie. Loin d’être une ingénue, la jeune et mystérieuse Catherine incarne son idéal féminin. Commence alors pour notre héros un véritable enfer. D’autant que depuis que cette situation a débuté, il fait des rêves des plus glauques… qui ont étrangement un lien avec sa délicate histoire. Véritable nouvelle interactive, la progression du scénario pousse à se questionner sur l’engagement, la vie à deux, l’honnêteté, la tromperie, le courage, bref la maturité des sentiments. Pendant les phases de jeu, des questions sont régulièrement posées au héros sur ces sujets. En fonction de la réponse choisie, l’histoire se poursuit avec des dialogues différents qui conduisent à une des 8 fins possibles. Ce jeu, véritable ovni vidéo ludique, s’adresse clairement à un public adulte et plutôt masculin.

Publicité pour le jeu Catherine

Enfin, dans le registre bizarreries, en novembre 2009, un jeune japonais, Sal9000, amateur du jeu de drague Love plus sur Nintendo DS a épousé Nene Anegasaki l’une des héroïnes virtuelles du jeu. Numerama rapporte que « la cérémonie a eu lieu à l’Institut Technologique de Tokyo, en présence d’un prêtre, d’un maître de cérémonie et d’un DJ. Le mariage a ensuite été diffusé en direct sur le site nippon Nico Nico Douga » (vidéo 4) l’équivalent japonais de YouTube. L’histoire ne dit rien de la légalité de la démarche, ni de la solidité de cet engagement mais une chose est sure, il a transcendé le mariage pour tous.

Image extraite du site lukeyishandsome

Visuels : captures d’écran+pochette du jeu Catherine

Martine Segalen : « l’amour n’est pas un ingrédient social suffisant pour assurer la pérennité de la société »
Save The Last Dance For Me : un contrat de mariage atypique
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

One thought on “Plus geek que geek, le mariage dans les jeux vidéo”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *