Jeux

« La Crypte maudite » : en chair et en os [Escape game]

« La Crypte maudite » : en chair et en os [Escape game]

20 septembre 2017 | PAR Mathias Daval

(en collaboration avec Louis-Patrick Bergot)

Hébergée par le Manoir de Paris, l’équipe de Skeleton Key fut la première en France à ouvrir une Escape room immersive avec acteurs. Nous tentons l’expérience : nous voilà pris au piège d’une crypte lugubre. Très vite, nous comprenons que nous ne serons pas seuls et que notre équipée risque de faire passer les Catacombes pour une promenade de santé. Frissons garantis?!

« La Crypte maudite » se démarque avant tout par son originalité. Ici, le gamemaster ne se réserve pas le plaisir de nous regarder par le biais d’une caméra, mais prend part à notre expédition. C’est donc accompagnés d’un coéquipier supplémentaire, ayant l’allure d’un Indiana Jones avec gilet et chapeau en feutre, que nous descendons dans les profondeurs d’une crypte qui s’annonce inhospitalière.

À aucun moment le gamemaster ne gêne l’expérience par sa présence : au contraire, il assure le story-telling de notre escapade souterraine, ainsi que son bon déroulement. Si besoin, il seconde notre exploration en nous livrant quelques indices. Mais surtout, il veille à notre intégrité physique… car nous avons de la compagnie dans la crypte. Il nous faudra non seulement résoudre les énigmes d’usage, mais prendre garde aussi à ce que la malédiction n’étende son emprise sur nous. Le cas échéant, le gamemaster interviendra pour nous en délivrer.

De fait, les énigmes de la « Crypte maudite » sont peu nombreuses et se résolvent aisément. Sans cette « compagnie » importune, nous serions capables de sortir de la salle en une poignée de minutes. Mais la peur est contagieuse, elle s’instille progressivement en nous et bloque les ressorts de notre réflexion. C’est là tout l’intérêt de cette salle : elle ne requiert pas tant notre intelligence que notre sang-froid, notre pragmatisme et notre esprit d’équipe. Les amateurs d’énigmes trouveront peut-être que le jeu avance de façon rébarbative, une fois qu’ils auront saisi la logique de son enchaînement, mais les autres se laisseront porter par l’adrénaline qu’ils sentiront monter en eux. De plus, la dérision étant l’un des meilleurs remèdes contre la peur, l’excursion peut être propice à quelques moments de franche rigolade entre amis.

L’expérience doit beaucoup à l’excellente gestion de l’espace. Il est vrai que le décor est assez minimal, les cryptes n’étant pas réputées pour l’abondance de leur ameublement. Mais cela n’enlève rien au fait que l’espace, qui est pensé au centimètre près, a une importance capitale dans l’avancement du jeu. Préparez-vous ainsi à raser les murs, à sortir vos meilleurs pas chassés et à marcher sur les pieds de vos partenaires. Étant donné l’exiguïté de la crypte, nous vous conseillons d’ailleurs de faire l’escape room à 4 ou 5, même s’il est possible de réunir de trois à huit joueurs. Saluons enfin la performance des acteurs : leur présence fait certes monter le prix d’entrée (entre 30 et 37 € selon le nombre de joueurs), mais ils jouent leur partition avec une conviction réjouissante et contribuent largement à l’immersion des joueurs.

Si l’idée d’une Escape room horrifique (mais pas trop) vous tente, nous vous recommandons vivement de tester cette expérience originale, amusante et palpitante. Entre les frayeurs et les fous rires, vous en sortirez sûrement lessivés, mais ragaillardis. Attention toutefois à ne pas tomber sur un os : vous n’en sortiriez pas sains et saufs !

« La Crypte maudite », par Skeleton Key
18 rue de Paradis, Paris 10e
De 2 à 8 joueurs (idéal : 3 ou 4).
Tél : 06 70 89 35 87

La Nuit de la Francophonie en Outre-mer [Partenariat]
« Mon garçon » sauvé par une technique inédite [Critique]
Mathias Daval
Né à Paris en 1977. Journaliste culture & nouveaux médias depuis 2001. Lauréat de la bourse du Centre National du Théâtre en 2014. Musicien, membre du groupe Dazie Mae. Cofondateur du journal I/O Gazette, éditeur pour The Theatre Times, et membre de la Fédération nationale des critiques de la presse, il vit actuellement entre Paris, Barcelone et d’autres dimensions de l’espace-temps plus difficilement accessibles.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *