Jeux

Kidnapping à Barcelone [Escape Game]

Kidnapping à Barcelone [Escape Game]

30 décembre 2017 | PAR Mathias Daval

Plage, soleil, tapas, cerveza bon marché, boîtes de nuit, Gaudi et Sagrada Familia : il y a mille et une bonnes raisons plus ou moins cliché de se rendre à Barcelone pour le week-end. En voici une nouvelle, qui vaut bien toutes les autres : organiser son propre kidnapping, grâce à l’Escape Game Kidnapped in BCN.

[rating=5]

What the fuck ? se demande sans doute le lecteur interloqué par cette proposition peu orthodoxe. Attention, on n’est pas ici dans l’événementiel un peu cheap à destination des jeunes gens enterrant leur vie de célibat (même si ça marche très bien aussi dans ce contexte), mais dans un Escape Game ultra-immersif et absolument bluffant. Tout commence la veille du jeu avec une prise de contact par Whatsapp, et un lieu de rendez-vous au 3e sous-sol d’un parking en banlieue ouest de la capitale catalane. Histoire de mettre directement dans l’ambiance. Deux mafieux, respectivement Le Moldave et El Macarra (« proxénète » en espagnol), vous accueillent avec des paroles peu respectueuses… avant de vous bander les yeux pour un petit tour en voiture. Direction la salle d’Escape à proprement parler, sorte de prison glauque avec de sympathiques traces de sang au mur, où vous commencerez la partie… menottés.

On l’a compris, « Kidnapped in BCN » ne fait pas dans la dentelle, et c’est pour le mieux, car du début à la fin des 90 minutes que dure l’aventure, l’adrénaline ne retombe pas. Ici pas de scénario superficiel sur comment sauver le monde ou déchiffrer un hiéroglyphe maya : s’en sortir vivant semble déjà un bon début. Les énigmes sont relativement faciles, faisant appel plutôt à l’observation et surtout à la manipulation – pas besoin de cryptologues ou de mathématiciens. Le stress étant toujours au rendez-vous, tout s’enchaîne un peu vite et on n’a jamais vraiment le temps de se poser pour réfléchir, d’autant que les game masters sont plutôt proactifs et ont tendance à éviter les moments d’enlisement. Cela pourra décevoir les plus cérébraux des joueurs, et on conseille vivement de participer à cette aventure-là en lâchant prise et en se laissant porter par le storytelling très cinématographique de l’Escape.

Si elles ne sont pas redoutables, les énigmes collent parfaitement au thème, et tout est cohérent, y compris les décors particulièrement immersifs. On n’en dévoilera pas plus sur le déroulement des différentes salles, mais sachez qu’il y a deux ou trois moments d’interactivité à la limite du jeu de rôle grandeur nature qui sont vraiment réussis et contribuent à la tension (et à l’humour !) générale de l’aventure. Cette dernière repose sur les deux concepteurs du jeu, qui sont aussi les deux comédiens vous accompagnant pendant vos péripéties. Ils sont à la fois inquiétants, drôles et criants de réalisme dans leur interprétation de malfrats violents tout droit sortis d’un film de Tarantino. Un jeu peu recommandé aux personnes trop sensibles, claustrophobes ou cardiaques !

Au final, « Kidnapped in BCN » est l’un des Escape Games les plus originaux que nous ayons testés, une vraie expérience originale dont vous vous souviendrez longtemps, et qui n’a pas d’équivalent en France. A tester absolument !

« Kidnapped in BCN », Barcelone.
De 3 à 5 joueurs, entre 20 et 25 € / joueur.
Durée : 90 min. Possibilité de jouer en espagnol ou en anglais.
https://kidnappedinbcn.com/?lang=en

« Le Fils » de Jo Nesbø: Au nom du père
Une My Fair Lady sauce franglaise à l’Opéra de Marseille
Mathias Daval
Né à Paris en 1977. Journaliste culture & nouveaux médias depuis 2001. Lauréat de la bourse du Centre National du Théâtre en 2014. Musicien, membre du groupe Dazie Mae. Cofondateur du journal I/O Gazette, éditeur pour The Theatre Times, et membre de la Fédération nationale des critiques de la presse, il vit actuellement entre Paris, Barcelone et d’autres dimensions de l’espace-temps plus difficilement accessibles.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *