Jeux
Jeu Vidéo : Diablo 3, le Test

Jeu Vidéo : Diablo 3, le Test

16 juillet 2012 | PAR La Rédaction

11 ans après Diablo II : Lord Of Destruction, la série Diablo fait son retour sur le devant de la scène avec ce 3éme volet. Après tant d’années, l’attente était immense. Alors le titre de Blizzard est-il à la hauteur de ses ambitions ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

Ecoulé à plus de 3,5 millions d’exemplaires durant ses premières 24 heures de disponibilité (faisant de lui le jeu vidéo PC le plus rapidement vendu de tous les temps), Diablo 3 a commencé par souffrir de son succès: files d’attente, serveurs surchargés et bug entrainant la mort de certains personnages attendaient en effet les nouveaux joueurs ce qui a eu pour effet de susciter la grogne et de forcer Blizzard à s’excuser. Les problèmes furent néanmoins corrigés et l’on put profiter pleinement du jeu assez rapidement.

L’histoire se déroule vingt ans après les évènements de Diablo 2 : Lord of Destruction. Une mystérieuse météorite vient de s’abattre sur la cathédrale de la nouvelle Tristram qui est depuis en proie à des attaques de morts qui se relèvent de leurs tombes. C’est attiré par cet évènement que votre héro entre en jeux. Ce héros, il vous faudra le choisir parmi un choix de classes remanié par rapport à l’épisode précèdent dont seuls ont survécu la sorcière et le barbare. Font leurs apparitions le féticheur, le moine et le chasseur de démons. En quelques mots, le féticheur dont les caractéristiques le rapprochent du nécromancien a la capacité de maîtriser les éléments de la nature comme le feu ou le poison, il peut également agir sur les esprits et les âmes ce qui se traduit par la capacité d’invoquer des compagnons zoomorphes. Le moine, sorte de fusion entre le paladin et l’assassin de Diablo 2 combattra au combat au corps à corps en utilisant les arts martiaux et les armes de pugilat. Le chasseur de démons enfin, expert du combat à distance maniera les pièges et les arbalètes mieux que quiconque. Une fois que vous aurez décidé de votre classe, le choix vous sera laissé de décider également du sexe de votre personnage, ce qui n’était pas possible dans les précédents volets.

La création du personnage passé, le jeu nous replonge dans un univers gothique familier aux habitués de la série qui reprendront instantanément leurs marques. L’exploration de déserts, d’égouts ou autres terrains en ruine est toujours au gout du jour pour notre plus grand bonheur et malgré les polémiques de certains fans ayant trouvé le jeu trop coloré, l’esprit de la licence est parfaitement conservé. On saluera à ce titre les graphistes de Blizzard qui ont fait un superbe travail, les décors étant de toute beauté malgré un aspect technique en retrait. Pour sa part, la bande sonore est également très réussie et les doublures sont comme toujours d’excellente qualité.

Au rayon des nouveautés n’ayant pas forcément fait le consensus on parlera également du système d’attribution des points de compétences et de caractéristiques lors de la montée de niveau. Ce dernier a en effet été entièrement revu. Dorénavant, les points de caractéristiques seront automatiquement attribués en fonction de la classe du héros et les compétences se débloqueront toutes seules par paliers de niveaux. Fini donc les arbres de compétences et les points à mettre en fonction de sa spécialisation et de ses gouts. Si certain pesteront à juste titre contre le fait que cela a tendance à uniformiser les personnages entre eux, l’idée s’avère pourtant être bonne et ajoute une nouvelle dimension stratégique au jeu. Il vous faudra en effet adapter votre choix de sorts et de runes actives (limitées en nombre) à votre adversaire avant chaque combat. Si ce n’est pas vraiment nécessaire dans le premier mode de difficulté, il deviendra par la suite quasiment impossible de ne pas ajuster son choix de compétences à mesure que la difficulté augmentera, surtout contre les boss !

Ce qui nous amène à parler des combats, une franche réussite du jeu. Ils sont rythmés et obligeront le joueur à se déplacer de plus en plus au fil du jeu. En effet, les ennemis qui attaquent toujours en aussi grand nombre, ont à présent des sorts à effet de zone qui forceront le héros à être en mouvement constant. L’ajout d’interactions avec le décor pour tuer des monstres ne gâche rien à la fête et on prendra un malin plaisir à écraser nos ennemis sous des murs qui s’écroulent ou à les bruler sous des braises ardentes. Le gameplay est également parfaitement maîtrisé, l’interface étant simple et efficace, la prise en main instantanée.

Diablo 3 a aussi été l’occasion pour Blizzard de remettre l’artisanat au gout du jour: un forgeron est maintenant disponible et pourra fabriquer des armes ou des armures aux propriétés magiques aléatoires. Bien sur ce ne sera pas gratuit, il vous faudra payer et fournir les composants (composants que vous obtiendrez en désenchantant les objets magiques trouvés dans le jeu) nécessaires à la création de l’objet. Pour créer des objets plus puissants, on pourra faire monter le niveau du forgeron en contrepartie d’une participation financière et de pages d’entrainements trouvées sur le cadavre des monstres tués. Un joaillier basé sur le même mode de fonctionnement que le forgeron fait aussi son apparition et une fois serties sur votre équipement, les gemmes qu’il incrustera fourniront de précieux bonus à votre héros. Même s’il a été simplifié au maximum, l’artisanat est tout de même un moyen intéressant pour améliorer son équipement, surtout après le patch réduisant significativement les couts de montée en niveau des artisans.

Il existe par ailleurs une autre façon de se procurer de l’équipement : l’hôtel de ventes. Pour ce nouvel opus, Blizzard a introduit l’argent réel dans les transactions en plus de la monnaie du jeu. Concrètement cela signifie que vous pourrez vendre ou acheter des objets trouvés dans le jeu contre de vrais euros. On se gardera de commenter ce choix mais sachez que si vous franchissez le pas, il vous faudra soit acheter un authenticator Blizzard soit créer un compte paypal gratuit.

Pour terminer on déplorera l’absence de PvP (combat joueur contre joueur) à l’heure où nous écrivons ces lignes. Même si Blizzard a annoncé qu’il serait ajouté dans le jeu avec le patch 1.1, on ressent tout de même une certaine frustration de ne pas avoir accès à un aspect aussi important, surtout de la part d’un jeu qui est en développement depuis si longtemps. En attendant vous pourrez toujours prendre votre mal en patience en essayant de refaire le jeu dans les niveaux de difficultés supérieures (cauchemar, enfer, Armageddon et extrême) ou de vous mettre en quête d’objets magiques rares.

Pierre-Xavier Loeffel.

Le porteur d’histoire, le récit se fait héros au Off d’Avignon
Le Lynx, une nouvelle inédite de Silvia Avallone bientôt disponible en poche
La Rédaction

2 thoughts on “Jeu Vidéo : Diablo 3, le Test”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture