Théâtre

Le porteur d’histoire, le récit se fait héros au Off d’Avignon

Le porteur d’histoire, le récit se fait héros au Off d’Avignon

16 juillet 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La compagnie Mise en Capsule fait le buzz au Off d’Avignon. Elle joue à guichet fermé son Porteur d’histoire. La raison du succès en est simple : un récit haletant dont on veut toujours savoir… la suite !

Deux femmes disparaissent en Algérie à Mechta Layadat. On croit d’abord à un fait divers avant de saisir ce qu’il va se passer devant nos yeux et sans relâche : une troupe de  cinq comédiens, Amaury De Crayencour, Evelyne El Gabby Klai, Magali Genoud, Eric Herson-Macarel et Régis Vallée vont incarner, de Marie Antoinette à Alexandre Dumas,  34 personnages. Ce qui se déroule est l’histoire d’une famille mythique, celle des Saxe de Bourville, royalistes guillotinés, selon la légende, à moins que tout cela soit vrai, et qu’une héritière vive au XXIe siècle.

Le procédé scénographique est un entrelacement des séquences où les comédiens incarnent  à vitesse grand V chaque époque et chaque personnage. Les changements de costumes se font sur le plateau de façon agile. Une paire de lunettes sur le nez, et le notaire devient Henri, une veste et le père devient Dumas, et ainsi de suite. Les époques se brouillent, les aller-retour se font nombreux.

On suit de façon passionnée cette histoire dont la suite est à chaque rebondissement insoupçonnée. A l’image du feuilleton, justement inventé par Dumas et à qui le spectacle rend hommage. La littérature est la belle invitée du récit, on la retrouve ici partout, même dans la tombe d’une héroïne de roman. C’est dire si le Porteur d’histoire cherche à nous faire entendre que derrière chaque conte se cache surement un fond de vérité.

Si l’on regrette l’uniformité du rythme, la trop grande simplicité de la création lumière et  la musique venant chercher inutilement l’émotion, reste une quête trépidante qui fait penser aux grands noms d’Ariane Mnouchkine avec Les Ephémères ou de Nancy Houston avec Lignes de faille. Le déploiement de la narration vers le passé n’est pas une idée neuve, elle est ici sympathiquement amenée, portée par des comédiens talentueux.

 

Robert King nous offre une ballade hors du temps avec le Messie de Haendel à Versailles
Jeu Vidéo : Diablo 3, le Test
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Le porteur d’histoire, le récit se fait héros au Off d’Avignon”

Commentaire(s)

  • Comment vous avez décrit cette pièce de théâtre…cela m’a donné envie de la voir!

    avril 25, 2013 at 17 h 10 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *