Tendances
Jane Birkin ne veut plus que le sac crocodile Hermès porte son nom

Jane Birkin ne veut plus que le sac crocodile Hermès porte son nom

04 août 2015 | PAR Elodie Schwartz

Face à l’abattage cruel que subissent les animaux, la chanteuse et actrice Jane Birkin a demandé à la célèbre marque de luxe de « débaptiser » le mythique sac en peau de crocodile portant son nom…

C’est dans un communiqué datant du 28 juillet 2015 que Jane Birkin a demandé à la maison Hermès de ne plus utiliser son nom pour le fameux sac en peau de crocodile. La raison ? La chanteuse et actrice de 68 ans aurait été choquée par les mauvais traitements infligés aux animaux lors de l’abattage. Comme le révèle Le Monde, en demandant de débaptiser ce sac, Jane Birkin « entend donc protester » contre ces pratiques cruelles et « ce jusqu’à ce que de meilleures pratiques répondant aux normes internationales soient mises en place », précise Le Huffington Post.

« Ayant été alertée par les pratiques cruelles réservées aux crocodiles au cours de leur abattage pour la production des sacs Hermès portant mon nom (…), j’ai demandé à la Maison Hermès de débaptiser le Birkin Croco jusqu’à ce que de meilleures pratiques répondant aux normes internationales puissent être mises en place pour la fabrication de ce sac », aurait indiqué Jane Birkin dans le communiqué transmis à l’AFP par son agent. Créé aux débuts des années 1980, le Birkin Croco était né de la collaboration entre la star et l’ancien président d’Hermès, Jean-Louis Dumas. Suite à sa demande, l’un des sacs les plus cher au monde, pourrait donc perdre de sa valeur.

Au mois de juin dernier, la Peta, association de défense des droits des animaux, s’indignait aussi dans une campagne pour demander à Hermès de « cesser immédiatement d’acheter et d’utiliser des peaux exotiques, et de vendre des accessoires en peau de crocodile et d’alligator », rapporte L’Express. L’organisation, qui avait publiée une enquête, révélait au travers d’une vidéo choc, les « sévices scandaleux » qui avaient lieux dans deux élevages d’alligators, au Texas et au Zimbabwe, producteurs de la maison française. En diffusant la vidéo, la Peta dénonçait le croupissement des animaux dans des hangars désaffectés où ces derniers étaient tués, incisés, avant l’âge adulte. Mais malgré cette pétition et la demande de Jane Birkin, Hermès n’aurait toujours pas réagit. Affaire à suivre…

Visuel : © Wikipédia

[Chronique] « NGRTD » : le nouvel album de Youssoupha célèbre ses racines
5 mannequins reconverties dans le cinéma
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *