Tendances

Eurovision : la France et Patricia se sont cassés les dents

18 mai 2009 | PAR Jeremy

« S’il fallait le faire » de Patricia Kaas n’aura pas assez séduit le jury de la 54e édition de l’Eurovision, samedi soir, remportéepatricia-kaas brillamment par la Norvège. La chanteuse s’est dite « très déçue » de sa 8e place mais s’est réjouie que le public l’ai plébiscitée durant cette soirée, aux vues des audiences de France 3. La soirée a été suivie par 5,7 millions de téléspectateurs, soit 32,3 de part d’audience, un record depuis 1999. Le débat est relancé : le concours de l’Eurovision est-il ringard, ou simplement populaire ?

Le symbole était fort pour Patricia Kaas, dont la mère est décédée un 16 mai. L’émotion était palpable durant l’interprétation d’une des chansons de son album « Kabaret. » La chanteuse a affiché sa fierté d’avoir représenté les couleurs de son pays. C’est d’ailleurs la première fois depuis de nombreuses années que la France n’avait pas obtenu autant de points. « C’est la vie. C’est peut-être une chanson lente, c’est peut-être la langue française, c’est peut-être qu’on avait envie d’autre chose », a-t-elle déclaré. Il est vrai que le concours de l’Eurovision n’apprécie guère l’émotion et lui préfère le spectacle bling-bling. Second point : la plupart des chansons sont interprétées en anglais. L’année dernière, Sébastien Tellier s’était converti à cette mode, avec des résultats pathétiques. Patricia Kaas a défendu une certaine exception culturelle en chantant dans la langue de Molière. Faudrait-il chanter en anglais, sous prétexte que la langue française ne serait pas un atout pour gagner ?

En 1994, la loi Toubon du nom du ministre de la culture de l’époque, avait exhorté la République à utiliser, enrichir et promouvoir la langue française face à l’extension de l’anglais, afin de préserver un patrimoine linguistique menacé. Parti pris politique oblige, « on » avait crié au scandale. Aujourd’hui, cette « exception culturelle » à la française, qui fait tant sourire à l’étranger, a permis l’émergence de nombreux groupes, et artistes (Mickey 3D, Ridan, anis, etc.) qui concurrencent les super productions façon Star Ac, et autre produits Yelle et Sliimy. Pourquoi l’Eurovision ne créerait-elle pas justement l’identité européenne par la diversité et l’affirmation de la langue ? (Salutations, mon Général !). Malgré la défaite, la retenue  (à l’inverse de l’Allemagne qui jouait avec Dita von Teese la carte du sexy à outrance) et le vœux pieux de chanter en français ont véhiculé, grâce à l’interprétation de Patricia Kaas, une image juste et sincère… une exception française ?

Jérémy Collado

Bégaudeau, l’anti-écrivain
Bella Union Party au Point Ephémère
Jeremy

3 thoughts on “Eurovision : la France et Patricia se sont cassés les dents”

Commentaire(s)

  • Merci Madame Kaas!

    La culture francaise et plus particulierement la chanson francaise et le cinema francais sont les raisons de combattre pour cette langue.

    Si la raison de garder le francais se limiterait à dire tasse au lieu de cup, la motivation ne serait pas tres forte.

    Vous qui, avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!
    Merci à l’avance!

    CENTRE-VILLE DE MONTREAL

    ====================================

    Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos
    Déjà un millier d’infractions possibles à la loi 101!
    Et ce ne sont ni des rumeurs, ni des ouï-dire, ni des peurs mal-fondées, ni des épouvantails à moineaux, ce ne sont que des faits réels.

    Allez constater sur ce site:
    http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

    mai 19, 2009 at 2 h 48 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *