Tendances

Dans l’objectif de Karl Lagarfeld

24 septembre 2010 | PAR Pamina Le Guay

Du 15 septembre au 31 octobre 2010, la Maison Européenne de la Photographie accueille, sans conteste, la rétrospective la plus attendue de la rentrée: Karl Lagarfeld, l’emblématique directeur artistique de Chanel expose 150 clichés de son travail personnel.



Le Grand Karl, figure incontournable du chic parisien, présente, pour la première fois, un ensemble de ses photos.

« Je regarde le monde et la mode avec l’œil de l’appareil » déclare Karl Lagarfeld : le ton est donné, le spectateur est invité à pénétrer dans l’univers en photos du styliste allemand. Au programme, de la mode, mais pas seulement, « les gens pensent que je ne fais que de la mode alors que je fais plein d’autres choses » confie Karl Lagarfeld à France Soir.

L’exposition se divise en trois parties, le but est de montrer les différentes facettes du travail de Lagerfeld photographe. D’abord, Paysages et architectures (Versailles, la tour Eiffel, façades new-yorkaises), puis une série expérimentale de sérigraphies abstraites et enfin, la plus fournie, des images de mode et de publicités.

A l’entrée, les clichés personnels. Le photographe les a réalisés lors de « ses déambulations », parisiennes. Ces photos sont nos préférées. On est interpellés par le jeu de lumière que le photographe parvient à saisir: l’Eglise de la Madeleine devient fantôme, la statue de Jeanne d’arc se perçoit comme une ombre et le temps semble suspendu, par ces instants de quiétude capturés par Karl, à la villa Monte Carle. Karl Lagarfeld commente « La photo me permet d’élargir mon champ de vision. Je n’ai pas fait de la photo pour m’ouvrir de nouvelles possibilités. » (France Soir)

Dans les salles suivantes, Karl Lagerfeld propose une série de paysages ultramodernes, souvent urbains, un peu lunaires: « très art contemporain ». On explore sa démarche artistique, on cherche son « another point of view », on note les mises en parallèle de la structure métallique de la Tour Eiffel avec les branches des arbres. On retrouve le thème de la standardisation. Mais malgré ces quelques pistes, les clichés restent très conceptuels, difficile d’accès, un peu snob en fait. A travers ces sérigraphies, on apprend que Lagerfeld se passionne pour les tirages papier « le papier est le point de départ d’un dessin et le résultat final d’une photo » explique le styliste.

Passionné d’images et surtout la sienne,Karl Lagerfeld, pratique la photographie depuis la fin des années 80, accumulant les séances photo pour la publicité et les shooting de modes. Depuis 1987, Karl Lagerfeld signe toutes les campagnes publicitaires des marques dont il est le designer. Le Kaiser, comme on le surnomme, est aussi abonné aux photos de mode pour le Vogue. On admire son sens de la mise en valeur des vêtements, mais on regrette le manque de profondeur, ses modèles semblent lisses, comme figés sur papier glacé. Anecdote amusante, Karl, retouche personnellement ses clichés en les maquillant avec de l’ombre à paupière. De ses portraits, il ne se dégage pas beaucoup de chaleur même si on admire le sens aigu de l’esthétisme du grand couturier on regrette le manque d’humanité des modèles. Enfin la série Beauty of violence, nous laisse un vrai sentiment de malaise, crues et surfaites, ces photos ne dégagent aucune d’émotion.

A l’image du personnage de Karl Lagarfeld, tout est totalement maîtrisé, on ne découvre rien de plus que dans les pages de nos magazines préférés.

Infos Pratiques: Parcours de travail Karl Lagerfeld, 15 septembre-31 octobre 2010, à la Maison européenne de la photographie, 5, rue de Fourcy Paris 4e, m° St Paul, Mer-dim 11 h à 20 h, trf 7 € (réduit)4 €

Infos pratiques

Interview de Niels Schneider et Monia Chokri, acteurs du dernier film de Xavier Dolan, Les Amours imaginaires
Sexion d’assaut est 100% homophobe
Pamina Le Guay

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *