Clubs
[Live Report] L’apero show n°3 à la Favela Chic : Tristam en guest

[Live Report] L’apero show n°3 à la Favela Chic : Tristam en guest

28 janvier 2013 | PAR Sandra Bernard

Les sorties entre amis ou en amoureux, ce n’est pas que le week-end. Toutelaculture a testé pour vous l’apéro show à la favela chic, une soirée au concept unique, proposant exposition, concert et restauration. Mais qu’est-ce donc que l’apéro show ? Le concept est simple, en une soirée, les organisateurs vous proposent de découvrir (ou redécouvrir) un artiste via une exposition de ses oeuvres, d’assister à un concert et de diner dans un lieu sympa et convivial. Hier, pour la troisième édition, les artistes présents étaient Tristam, le duo IBEYI et le soul man PEEDA. Petit compte rendu de la soirée.


Situé à deux pas de République, la Favela Chic existe depuis maintenant 15 ans. Il y a à peine plus d’un an, deux nouveaux espaces ont été créés : la galerie pop-up et le « petit club ».

20h15 : arrivée sur place. Une fois franchi le petit cordon rouge qui donne l’impression d’être un VIP, la galerie nous tend les bras. La foule est déjà au rendez-vous. Direction le coin vestiaire, juste à côté d’un petit bar improvisé. Avant d’admirer les oeuvres, petit tour du propriétaire. Le petit club, ah zut ! c’est occupé, bon tout à l’heure alors, direction la salle de restaurant-concert-bar. La cuisine commence déjà à chauffer, c’est qu’il va y avoir du monde à nourrir ce soir. Au fourneau : le jeune chef  Benjamin Darnaud. Arrivé également il y a un an, après avoir fait ses classes dans les cuisines de Thierry Marx et Michel Bras, il mêle les saveurs, donnant naissance à une cuisine franco-brésilienne tout à fait honnête, mais parfois un peu salée. Mais nous y reviendrons plus tard.

Mojito dans une main et stylo dans l’autre, petite rencontre informelle avec Amanda qui, avec Emilie et Dan’O’Minyte, ont créé le concept de l’apéro show et organisé les trois soirées. Le concept est à la fois simple (mais il fallait y penser) et osé. Il s’agit de proposer, en une soirée, une exposition d’un artiste, connu ou non, mais dont le travail est apprécié par l’équipe, une sélection musicale composée de deux mini concerts et d’un Dj’s set et de prendre un verre voire de diner dans la grande salle de restaurant. Le souhait est d’apporter une visibilité aux artistes sélectionnés. Le côté risqué de l’aventure concerne le choix de la date : un mardi soir! Pari gagné, pour la troisième édition, les visiteurs sont venus nombreux au vernissage et la salle de restaurant était réellement blindée.

Ensuite, honneur, bonheur, la rencontre avec Tristam, la star de la soirée. L’apéro-show était en effet l’occasion du vernissage de l’exposition de toiles et sérigraphies de l’artiste. L’exposition, qui dure un mois, est basée sur la thématique de l’enfance et de l’héritage des futures générations. Les oeuvres en noir et blanc constituaient une série des plus frappantes. Les enfants, en majorité des petites filles, se présentent face à nous, le visage grave. L’innocence est toujours présente, mais déjà abîmée. A leur côté se trouve un jouet, émanation de la pop culture asiatique ou occidentale. Cette présence équivoque aux côtés de l’enfant renforce le malaise et la nostalgie qui se dégagent de ces oeuvres. Le trait, sûr et maitrisé, trouve sa source à l’époque où Tristam participait au collectif les « musulmans fumants ». Ses sources sont aussi diverses que la BD, le cinéma, la musique, les séries, mais également les images de la culture populaire qui marquent plus ou moins durablement l’inconscient collectif. Peu présent dans cette exposition, l’autre versant de son travail concerne la représentation de corps idéalisés et sensuels.

La seconde partie de la soirée a été consacrée à la dégustation, bercée par la douce musique du concert. Après le cocktail, place à une rareté dans le petit club : le raisin macéré dans de l’alcool fort, mais attention pas comme lorsqu’ on fait un cake! Ce raisin a donc mariné quelques temps dans un spiritueux, le transformant peu à peu en shot solide, hé oui vous avez bien lu, un shot, mais solide. Malgré une investigation poussée, le flamboyant barman a conservé le secret de la recette, dommage! En tout cas, l’atmosphère retro et feutrée du « petit club » est des plus agréables.

Pour faire contre point, place au repas. En entrée, petite sélection de tapas au fromage (Pao de queijo) et aux crevettes (empanadas de crevettes & coriandre) ainsi que des Brasilian wings sauce au fromage frais (de chèvre) et croquant (ici branche de céleri). Bonne surprise, les entrées sont très bonnes et déjà copieuses. Ensuite, place aux plats de résistance typiquement brésiliens : un moqueca du riz  au lait de coco avec des crevettes, des légumes et un Mortelle Feijoada composé de riz, de porc fumé et de haricots noirs fondants. Les deux plats se laissent allègrement picorer avec une petite préférence toute personnelle pour le moqueca, plus léger.

tapas au fromage (Pao de queijo) et aux crevettes (empanadas de crevettes & coriandre)
Brasilian wings sauce au fromage frais (de chèvre) et croquant (ici branche de céleri)
Mortelle Feijoada composé de riz, de porc fumé et de haricots noirs fondants
un moqueca du riz au lait de coco avec des crevettes

 

Le repas est agréable, cependant, lorsque la salle est pleine, il est parfois difficile de profiter pleinement du concert lorsque l’on est éloigné de la scène. Ce soir là, les deux concerts se sont révélés agréables, Ibeyi, un duo de deux soeurs cubaines a fait une ouverture de soirée tout en douceur et en voix mélodieuses. Peeda, qui leur a succédé, a, quant à lui, déployé une belle élégance vocale pendant près d’une heure et demie.

Ibeyi-©Favela Chic
Peeda-©Favela Chic

Bref, vous l’aurez compris, ce lieu sympathique et agréable offre une jolie occasion de sortie entre amis ou en amoureux. L’apéro-show est également un bon moyen de découvrir ou redécouvrir, en une soirée, des artistes d’horizons différents dont les univers se complètent. Pour les amateurs de Tristam, l’exposition se poursuit encore pour un peu moins d’un mois.

Visuel : Affiche de l’événement + photographies © Sandra BERNARD

Jack Lang nouveau président de l’Institut du Monde Arabe
Les 10 incontournables de la semaine du 28 janvier
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

One thought on “[Live Report] L’apero show n°3 à la Favela Chic : Tristam en guest”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture