Beauté

Focus beauté : les Bains de Val d’ Illiez

Focus beauté : les Bains de Val d’ Illiez

02 avril 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Tout n’est pas ski à la montagne. Apres la frénésie glisse des années quatre-vingt, les consommateurs veulent autre chose, cela, la direction des thermes de Val-d’ Illiez l’a bien compris.

Festival de rock oblige, les skieurs-public étaient venus nombreux la dernière semaine de mars applaudir Bertignac, Mani, De palmas et surtout Shaka Ponk au Rock the pistes Festival. Du sport et des émotions musicales cela contraint les petits muscles. Alors, à quelques kilomètres de la station Champery, du côté suisse des Alpes se nichent des thermes naturels  organisés aujourd’hui en luxueux Spark.

Le repos et le calme y sont légion. Langoureusement allongés dans les bains chauds, bouillonnants à l’extérieur la vue sur les Dents Blanches est imprenable. L’eau vient du sol, elle y aura passé entre 10 et 15 ans avant de jaillir à 30 degrés  pour vous apaiser, vous vivifier si elle est glacée ou vous détendre si elle frissonne de légères bulles. L’endroit est un havre de paix à la fois pour les curistes et les amateurs de spa puisque l’espace thermal  où  les jets sont légion s’accompagne d’un hammam, d’un sauna, d’un  tylarium et d’un institut où des massages sont prodigués avec la ligne de soins Terraké.  Un focus dos « Massage sportif », alliant ayurvédique, méthodes californienne et thaïlandaise vous remettra  en harmonie.

Les Bains du Val-d-Illiez permettent aussi de séjourner sur le site pour profiter encore plus des bienfaits de ces eaux qui,  riches en sels minéraux, calciques, magnésiennes, sulfatées, fluorées, avec teneur élevée en strontium, silice et bore viennent apaiser les affections d’ordre articulaire, l’arthrose, les maladies de peau et bien sûr… le stress.

Si vous passez par la Suisse, arrêtez-vous dans cet écrin de repos.

Visuel (c)  Thermes Parc

Jean-Paul Enthoven pose l’hypothèse des sentiments
Cinéma : La Nuit Nomade de Marianne Chaud. La montagne en état de grâce
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *