Spectacles

Une étoile et moi Hommage à Judy Garland

02 décembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une grande admiratrice de Judy Garland entreprend de nous raconter la vie de son étoile préférée, le tout en chansons bien sûr : Over the Rainbow (Le Magicien d’Oz), The Trolley Song (Le Chant du Missouri), The Man That Got Away (Une étoile est née) et bien d’autres surprises, un numéro de claquettes, des costumes dignes d’Hollywood et un piano envoûtant derrière.

 

Isabelle Georges et Frederik Steenbrink est un duo qui marche. Leur complicité scénique est évidente, ils ont déjà une belle expérience du spectacle ensemble, la France étant le quatrième pays où se joue cet hommage à Judy Garland. Le tandem avait précédemment joué à Paris Padam, Padam qui avait également rencontré un vif succès.

Rien de tel qu’une ferveur sincère pour faire passer son message : la passion d’Isabelle Georges se voit en permanence dans le plaisir qu’elle prend à rejouer son idole dont elle donne une vision tellement juste que tous ceux qui ont vu des films avec Judy Garland croiront voir ressusciter ses mimiques sous leurs yeux : c’est une prestation énergique, vitaminée, au sourire éblouissant. Si la voix n’est pas celle de Judy Garland, il n’empêche que c’est une très belle voix, pleine de nuances et de puissance, deux très belles voix pouvons nous dire car celle de son partenaire, sans valoir celle de Gene Kelly, est très belle également. Nous avons droit à une très belle biographie animée, profondément touchante car elle exprime non seulement le talent mais également la souffrance terrible qui fut celle de Judy Garland et aussi de beaucoup d’autres stars d’avoir une vie exclusivement sous les projecteurs sans le réconfort d’un bonheur privé : être aimée superficiellement de tous sans être aimée profondément de personne, telle fut la douleur trop dure à supporter de Judy Garland. La fragilité de cette star ne la rend que plus humaine et plus magnifique à nos yeux de même que l’actrice qui l’incarne, qui réussit à être crédible autant en petite fille qu’en diva brisée, en bout en train qu’en alcoolique. Un show superbe qui fait revivre un mythe : nous avons tous rêvé de marcher sur la route pavée d’or que Dorothy parcoure dans Le Magicien d’Oz, avec ce spectacle, un temps, nous nous envolons dans le merveilleux pays d’Oz…mais aussi celui des temps fastueux d’Hollywood : the show must go on !

Flamenco Flamenco : la nouvelle pépite de Carlos Saura
Kanye West, Adele et Bruno Mars règnent en maître sur les nominations aux Grammy
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *