Actu
« Tragédie » au festival SPOT ! : une pièce en mode texte sur canapé

« Tragédie » au festival SPOT ! : une pièce en mode texte sur canapé

27 septembre 2020 | PAR Anne Verdaguer
Un groupe de collégiens accompagnés de leur professeur de théâtre viennent d’assister à Tragédie, pièce qui pourrait être d’Eschyle, et qui se joue entièrement sur une célèbre messagerie instantanée. Ils restent sur le groupe pour parler de ce qu’ils ont vu, et bientôt se mettent à rejouer le spectacle tel qu’ils s’en souviennent, dans une délirante relecture qui inclue une bataille intergalactique avec d’obscures Zarkulons, des vieillards dans un EHPAD et un sandwich fait par ta mère. Une aventure immersive et joyeuse sous la houlette de l’inventif Benjamin Abitan.
 
Un lien envoyé quelques heures avant la représentation sur votre téléphone par une ouvreuse virtuelle, vous y êtes invités à rejoindre un groupe intitulé « foyer du théâtre », lieu où les futurs « spectateurs » sont réunis avant le début de la pièce. À 20h30 pile, vous entrez (virtuellement) dans la salle via un autre lien. 
 
111 participants sont bien là à l’autre bout de leur téléphone et sans masques ! Le rêve pour tout directeur de salles de spectacles en ce moment. Le théâtre virtuel, solution anti-crise sanitaire ? Ce qui est sûr, c’est que bien à l’aise dans son canapé, le téléphone à la main, on s’apprête a voir son premier spectacle en mode texte et qu’on trépigne déjà à l’idée de cette expérience « tellement 2020 » !
 
Une annonce : « Merci de bien vouloir laisser vos téléphones allumés lol », quelques retardataires, des « spectateurs » parlent entre eux, envoient des selfies, des photos des uns dans le TGV, d’autres avec leur bébé, un rabat-joie : « Chut! ça a commencé ». Le spectacle est autant dans la salle que sur scène comme on dit sauf que… il n’y a pas de scène. Alors on se demande, qui parle ? De vrais « spectateurs » ? ou le spectacle a t-il déjà effectivement commencé ? On nous invite à enregistrer les contacts des personnages pour mieux suivre la pièce (ah oui tiens pas bête!) et c’est parti. NOIR. Comment faire un noir par texte ? En fermant les yeux s’exclame l’un des élèves. Lol. Ça a bien commencé…  
 
Il fallait donc qu’on en arrive là, diront sans doute certains : le théâtre par message texte alors qu’on passe déjà nos vies sur les écrans. Dans son autre spectacle Les animaux sont partout présenté également au festival Spot ! au théâtre Paris Vilette, l’auteur et metteur en scène Benjamin Abitan utilise aussi un procédé virtuel, les casques de réalité augmentée, plus pour brouiller les pistes qu’en support de la narration. Là aussi, le théâtre par messagerie interposée n’est pas vraiment l’objet en tant que tel mais il permet la confusion puisque il manque beaucoup d’éléments (qui parle? de quoi? dans quel lieu?) et l’on se perd aisément dans les différents récits et strates de l’histoire. Un procédé qui a ses limites car à force de vouloir perdre le spectateur il y a risque…de le perdre vraiment. L’exercice prend pourtant, tellement les possibilités semblent vastes, et on regrette presque que l’idée de fin (qu’on ne dévoilera pas) n’ait pas été poussée jusqu’au bout.  
 
 
 
 
Tragédie, Texte et mise en scène Benjamin Abitan, cie Théâtre de la démesure, les 1 er et 2 Octobre 2020 au Théâtre Marcelin Berthelot (Montreuil)
 
 
Ouverture de saison de l’Orchestre National de Lille sous le signe de Copland, Haydn et Bartok
Chaignaud survole la Philharmonie au Festival d’Automne
Anne Verdaguer

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *