Arts
Toute l’histoire de l’art moderne en moins de deux heures, le nouveau spectacle d’Hector Obalk 

Toute l’histoire de l’art moderne en moins de deux heures, le nouveau spectacle d’Hector Obalk 

11 octobre 2022 | PAR Geraldine Elbaz

Après le succès de ses deux précédents parcours sur l’histoire de la peinture, Hector Obalk investit le Théâtre du 13è Art, Place d’Italie, et offre à son public une nouvelle conférence, axée cette fois sur l’art moderne. Redécouvrez Monet, Picasso, Dali, Kandinsky et bien d’autres, grâce au regard éclairé du célèbre critique d’art ! Un siècle pictural résumé en moins de deux heures ? Une chose est sûre, vous ne serez pas déçus du voyage.

Un conférencier haut en couleur

À mi-chemin entre Fabrice Luchini et Bernard Pivot, Hector Obalk n’est pas un critique d’art comme les autres. Esthète exalté au savoir encyclopédique, observateur minutieux à l’affût du moindre détail, il nous apparaît soucieux de chaque coup de pinceau sur la toile. Il passe au peigne fin les œuvres d’art choisies et vous embarque avec lui dans une aventure incomparable.

Narrateur captivant et plein d’humour, son débit est rapide, rythmé et stimulant. Il a beaucoup de choses à nous dire et les anecdotes insolites fusent. L’œil malicieux et le sourire en coin, Hector Obalk joue avec son public. Les tableaux défilent sous nos yeux. Nous sommes pris dans un tourbillon vertigineux. Mille toiles de maîtres sont projetés sur l’écran géant derrière lui. C’est riche et dense mais le temps est compté. En deux heures maximum, il faudra faire tenir toute l’histoire de l’art moderne.

Un nouveau regard sur l’art

Parfois, les mots se bousculent, le conférencier accélère le mouvement, s’enflamme. Il s’émerveille d’une lumière, d’une nuance, d’une teinte, d’un trait. Il nous fait observer la matière, nous explique les techniques employées. Il nous apprend à regarder autrement les chef-d’œuvres. 

« Pour que ce soit différent, il faut regarder de près. Il faut regarder les mains, les visages, les cheveux, les genoux, le ciel… »

Arrêt sur image. Silence. Concentration. Analyse. Émotion. Et puis ça repart, vers un nouveau tableau, un autre univers pictural, marqué par une autre utilisation de la couleur, une autre poésie.

L’art moderne dans toute sa splendeur 

Pour ce nouveau parcours, Hector Obalk a choisi de retracer les différents courants artistiques de la fin du XIXè siècle jusqu’au milieu du XXè siècle. De l’impressionnisme au pop art en passant par les fauves, les surréalistes et les peintres abstraits : Monet, Cézanne, Picasso, Klimt… Dali, Kandinsky, Miró, Malévitch, comme vous ne les avez jamais vus. 

Vous a-t-on déjà parlé de démultiplication de la couleur qui fait chanter la matière ? Est-ce qu’un monochrome est vraiment un monochrome ? Vous êtes-vous suffisamment rapprochés des toiles pour observer le rose, le bleu et le jaune visibles dans le blanc ? 

Hector Obalk met à votre disposition une érudition et une sensibilité rares qui vous donneront indubitablement envie de vous précipiter dans les musées. Il a cette faculté de réveiller la passion artistique qui sommeille en vous. 

Une illustration musicale impeccable 

Pendant près de deux heures, ouvrez grands vos yeux et vos oreilles et n’en perdez pas une miette. La représentation est ponctuée d’interludes musicaux virtuoses. Quoi de mieux en effet que les Caprices de Paganini pour redécouvrir les plus belles œuvres de la peinture moderne ? Quand la musique rencontre la peinture, les émotions sont décuplées. Imaginez le glissement velouté de l’archet sur les cordes d’un violoncelle, ajoutez les pizzicati du violon, saupoudrez de Matisse, de Mondrian ou de Van Gogh et le tour est joué.  

Ne manquez pas les deux prochaines représentations le 17 octobre au 13è Art et pour ceux qui n’auraient pas encore vu les deux précédents parcours sur Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures, retrouvez toutes les infos ici.

Visuel : (c) affiche

 

Toute l’histoire de l’art moderne en moins de deux heures

Auteur et metteur en scène : Hector Obalk

Avec Raphaël Perraud au violoncelle, en alternance avec Florent Carrière

Pablo Schatzman au violon, en alternance avec You-Jung Han

Aux images : Morwenn Augrand

Théâtre le 13e Art

Prochaines représentations le 17 octobre 2022 à 18h30 et 21h

Suede sort le grand jeu à La Maroquinerie
Johanna Boyé met en scène Les filles aux mains jaunes, au Théâtre Rive Gauche
Avatar photo
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration