Théâtre
Richard Demarcy met en scène une formidable Farce de Maître Pathelin

Richard Demarcy met en scène une formidable Farce de Maître Pathelin

18 octobre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Quand Richard Demarcy s’empare de la première pièce de l’histoire du théâtre pour la mettre en scène au nouveau Grand Parquet, dans le jardin d’Eole, cela donne un petit bijou de théâtre de rue sous chapiteau.

« L’auteur de la Farce de Maître Pathelin est un anonyme du XVème siècle, il écrivait en rimes et en vieux français, picard, normand, limousin et latin (…) Il inventa la première pièce de théâtre de notre riche répertoire ». Rien que ça !

La troupe en appelle à la musique, au clown, au théâtre et aux acrobaties, les échasses sortent, accordéon et kora aussi pour nous raconter l’histoire, tout en la faisant voyager de l’Afrique à la France, de cet avocat  peu fortuné (Antonio Da Silva) amoureux de sa superbe Augusta ( Léontina Fall). Il souhaite la couvrir de beaux tissus. Il s’en va alors arnaquer un drapier (Guy Lafrance). Toute l’affaire se retrouve au tribunal où un juge corruptible (Jean Lacroix Kamga) devra résoudre une histoire de berger Bêleur (Nicolas Le Bosse)

Le spectacle est efficace et séduit admirablement bien le jeune public ( à partir de 6 ans). Ici, tout est construit dans une finesse sensible touchant immédiatement au coeur. L’histoire, classique de l’arroseur arrosé se déroule pleine de surprises et d’enchantement. Elle trouve tout son écho aujourd’hui tout en donnant à entendre, sans jamais tomber dans une caricature de commédia dell arte sur tréteaux, une langue un peu oubliée.

Il y a dans le travail de Demarcy l’énergie et la poésie d’une Ariane Mnouchkine, et c’est avec délice que nous avons retrouvé la troupe que nous avions tant aimée pour sa version de La Nuit des Rois.

Si vous aimez rêver, allez, avec ou sans enfant vous plonger dans cette farce qui n’est pas d’un autre temps.

 

: Agnelletto,petit berger et ses animaux dressés

Frankenweenie : du Tim Burton comme on l’aime
Décès du cinéaste japonais Koji Wakamatsu
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *