Théâtre
QUELQUE CHOSE AU CÔTÉ GAUCHE d’après « La mort d’Ivan Ilitch » de Léon Tolstoï

QUELQUE CHOSE AU CÔTÉ GAUCHE d’après « La mort d’Ivan Ilitch » de Léon Tolstoï

15 juin 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Le festival Phenix  programme :  Quelque chose au côté gauche, adaptation libre d’après La mort d’Ivan Illitch de Tolstoi sous la forme d’un soliloque  qui plonge les spectateurs dans le voyage introspectif d’un personnage à l’âme terriblement slave.

 

Organisé à Paris les 3 premières semaines de juin, le Phénix est un pré-festival d’Avignon, exclusivement dédié à la création. Sa vocation est de soutenir et de valoriser les nouveaux spectacles avant qu’ils ne concourent au plus grand théâtre du monde. Le Phénix Festival est le moyen pour les troupes de se constituer un dossier avant de participer au festival d’Avignon tout en bénéficiant d’un modèle économique équitable et d’un entourage solidaire.

Dans la Russie tsariste, Ivan Ilitch préside le tribunal de St Pétersbourg avec compétence et froideur. Il a brillamment gravi les échelons de la réussite sociale, il règne en maitre sur ses diners mondains et ses parties de whist, l’existence pétrie de certitude. Ayant brillamment gravi les échelons de la réussite sociale, rien ne l’intéresse plus que son prestige, l’apparat de sa vie mondaine et ses succès au whist. Sa vie est telle qu’il l’a toujours souhaitée : Facile, agréable, de bon ton. Un jour pourtant, une chute idiote, une petite douleur au cote gauche. Une petite douleur au côté gauche, et sa vie bascule : Au bord du précipice, il commence un chemin initiatique qui va le mener vers la lumière.

Il y a trois ans, Hervé Falloux a eu des problèmes de sante. Les médecins n’étaient pas très optimistes. Maintenant, il va bien et il a souhaité revenir sur cette étape de sa vie. Il lui est apparu comme une  nécessité de traverser dans l’après coup cette expérience révélatrice, par les mots de Tolstoi.  Au lever de rideau il se présente à nous beau et fort dans une livrée blanche éclatante ; d’un blanc mondain dont l’apparat lentement glissera vers le blanc du linceul. Le soliloque est ponctuée par des moments de grâce, de clairvoyance et de totale sincérité, des instants d’humour aussi. Tout cela mêle d’angoisse, de peur, de faiblesse, de bravoure. Nous retrouvons la langue de Tolstoi, une langue slave faite de généralités anodines voire ennuyeuse et de sui generis parfois bouleversante. Le comédien talentueux s’agite comme pour contourner sa douleur et cette mort qui s’avance vers lui.  L’expérience spectateur est littéraire. 

 

 

 

QUELQUE CHOSE AU CÔTÉ GAUCHE
d’après « La mort d’Ivan Ilitch » de Léon Tolstoï Adaptation libre et interprétation Hervé Falloux
Mise en scène Séverine Vincent

©photo : affiche

Ludovic Tézier, Scarpia magistral dans Tosca à Bastille
Un Hamlet de moins, une belle farce de plus, au Printemps des comédiens
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture