Théâtre

Ouverture du Festival de jeune création contemporaine WET° de Tours

Ouverture du Festival de jeune création contemporaine WET° de Tours

24 mars 2018 | PAR Ines Guillemot

Le Festival de jeune création contemporaine de la ville Tours est lancé ! Pour la troisième année consécutive, le Centre dramatique national de Tours (CDNT) investit les scènes de la métropole. Trois jours de découvertes, d’échanges et de rencontres autour de la jeune création.

La soirée de lancement s’est tenue hier, vendredi 23 mars, au Théâtre Olympia à Tours. En présence des artistes, de la direction du théâtre, de l’équipe organisatrice et des élus locaux. L’occasion pour Jacques Vincey, directeur du CDNT et fondateur du festival, de donner le ton d’un évènement qui laisse la place aux jeunes. Tandis que le maire de Tours, Christophe Bouchet, en a souligné « l’ambition et l’audace ».

Jean-Patrick Gille, conseiller régional du Centre-Val de Loire, a quant à lui profité pour revenir sur l’importance du dispositif Jeune Théâtre en Région Centre: un collectif composé de huit jeunes comédiens, techniciens, et attachée de production et de diffusion, soutenus par la région Centre-Val de Loire pendant toute une saison. Dans le cadre du WET°, ils prennent en charge la programmation et la communication du festival, en collaboration avec la direction du CDNT.

Tout au long du week-end, le public est invité à découvrir des créations portées par une nouvelle génération d’artistes. Ceux qui inventent le théâtre à venir. Au total: 10 spectacles, dont 6 créations, réparties dans cinq lieux de la ville de Tours. À vous de les découvrir !

« J’abandonne une partie de moi que j’adapte »: une création de Justine Lequette inspirée d’une oeuvre d’Edgar Morin

C’est la toute première création de Justine Lequette, intitulée « J’abandonne une partie de moi que j’adapte », qui faisait l’ouverture du festival, ce vendredi 23 mars. Lancée fin 2017 au Théâtre de Bruxelles, la pièce est inspirée de Chronique d’un été (1961), par Jean Rouch et Edgar Morin.

« J’abandonne une partie de moi que j’adapte », c’est la phrase prononcée par l’un des personnages du film de Jean Rouch et Edgar Morin. Comment sortir d’un quotidien routinier? D’une vie dédiée à un travail automatique? Il faut abandonner une partie de soi, pour ne garder que sa « partie authentique », nous dit l’interviewé. Véritable satire sociale d’une époque où la notion de bonheur n’avait pas sa place, cette expérience de « cinéma-vérité » est mise en regard avec le monde contemporain. Un monde post-68, où pourtant, les mêmes questions demeurent.

Soixante ans plus tard, dans un contexte de précarisation du travail, où « les CDD et les CDI » rythment nos existences, Justine Lequette nous invite, le temps d’une pièce, à nous interroger sur nos vies. Des questionnements incarnés avec justesse par quatre jeunes comédiens: Rémi Faure, Jules Puibaraud, Léa Romagny, Benjamin Lichou. Le tout dans une ambiance « sixties » reproduite à la perfection, jusqu’aux accents des comédiens. Et dont le rythme est donné par une mise en scène audacieuse, empreinte de danse et de musique. Le tout, avec beaucoup d’humour.

Prochaines dates: les 25 et 26 avril prochains au Mars – Mons Arts de la Scène (Belgique); puis du 6 au 26 juillet au Festival d’Avignon (Théâtre des Doms).

À découvrir également:

  • Je suis la bête, Théâtre des trois Parques (critique ici): en novembre à la Maison de la Culture de Bourges, puis à Neuchâtel (Théâtre du Passage), et en janvier prochain au CDN d’Orléans
  • Le Monde renversé: Collectif Marthe (critique ici): les 2 et 3 juin prochains au CDN de Dijon (Théâtre en mai)
  • La Rage/ Et à la fin nous serions tous heureux, Compagnie Le Dahu
  • Le Songe d’une nuit d’été, Compagnie ADN: le 8 juillet à Bellac (Théâtre du Cloître – 87), et à Pessac (Théâtre de Verdure – 33)
  • Un jour j’ai rêvé d’être toi, Compagnie Shindô: du 6 au 26 juillet au Festival d’Avignon, Théâtre du Train Bleu
  • Jusqu’ici tout va bien, Collectif le Grand Cerf Bleu: les 3 et 4 avril prochains à Béziers (domaine de Bayssan)
  • Des Panthères et des oiseaux (comédie romantique), CDN Tours
  • Ultra-Girl contre Schopenhauer, Cédric Roulliat – Compagnie de Onze à Trois heures: du 6 au 10 mars 2019 à Lyon (Théâtre des Célestins)

Visuels:

Soirée de lancement, de droite à gauche: Jacques Vincey, Christophe Bouchet et Jean-Patrick Gille © IG

J’abandonne une partie de moi que j’adapte, création de Justine Lequette (théâtre de Bruxelles) © Dominique Houcmant Goldo © IG

Photo officielle du WET © Cédric Roulliat

Affiche du WET° © CDNT

AC/DC : Tours de France 1976-2014 Les Bonus
Macbeth ou la cupidité de la finance à Lyon
Ines Guillemot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *