Théâtre
Novecento : Pianiste, un seul en scène captivant au Théâtre La Flèche 

Novecento : Pianiste, un seul en scène captivant au Théâtre La Flèche 

04 février 2022 | PAR Geraldine Elbaz

Jusqu’au 17 mars 2022, le Théâtre La Flèche présente le magnifique monologue d’Alessandro Baricco, Novecento : Pianiste, mis en scène et interprété par Laurent Orry. Un texte puissant joué par un comédien incarné.

Lorsque le public s’installe, Laurent Orry est déjà sur le plateau, plongé dans l’ombre. Enveloppé dans un épais manteau marron, il apparaît de dos et voûté, assis sur un cube noir en bois placé au centre de la scène. On entend la sirène d’un navire retentir, le comédien se retourne et ainsi démarre le récit de Novecento. 

Ecrit en 1994 par le conteur et musicologue italien Alessandro Baricco, le monologue raconte le destin extraordinaire de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Nous sommes à bord du Virginian, paquebot transatlantique, au début du XXè siècle. Un machiniste trouve et recueille un bébé abandonné dans un carton sur le piano d’une salle de banquet. En grandissant, l’enfant révélera un don prodigieux. Sans jamais poser le pied à terre de toute sa vie, il deviendra un pianiste exceptionnel. Racontée par Tim Tooney, trompettiste à bord, cette histoire est un bijou d’écriture et de sensibilité. 

« Tout ce qu’il est possible de faire avec un clavier de quatre-vingt-huit notes, il le fit. À une vitesse hallucinante. Sans se tromper d’une seule note. Ce n’était plus de la musique : c’était de la prestidigitation, c’était de la magie, carrément. »

C’est dans un décor minimaliste que le comédien choisit de nous raconter cette histoire fabuleuse. Le plateau est pratiquement nu hormis ce cube noir central. L’illustration sonore est concentrée majoritairement sur les éléments climatiques. On n’entendra aucune note de musique. Le texte, juste le texte. Sublime et merveilleusement interprété. Soulignons ici le rôle prépondérant de la lumière, tout en contraste. Elle se fait chaude et rougeoyante pour souligner l’intensité d’un moment où les émotions sont à vif. Quand la tempête fait rage, on passe au bleu glacial. L’esthétique est recherchée et le public s’immerge d’autant plus dans le récit.

Laurent Orry vit littéralement l’histoire de Novecento, la ressent à travers tout son être. On pourrait presque dire qu’il a été transpercé par le récit. Tour à tour touché, ému, saisissant, bouleversant, il expose une large palette d’émotions que le public reçoit en plein cœur. Le comédien joue une partition subtile et nuancée. Comment rester insensible à la beauté du texte d’Alessandro Barrico, quand elle est restituée avec une telle implication ?

Un très joli moment de théâtre. 

 

Visuel : (c) Marie Charbonnier

Novecento : Pianiste

D’Alessandro Baricco

Avec Laurent Orry

Au théâtre La Flèche 

Jusqu’au 17 mars 2022

Le pass culture est désormais ouvert aux 15-17 ans
“De bonnes raisons” de déraisonner, ou petit traité de philosophie du risque appliquée
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture