Théâtre
Jean Gabriel Chobaz met en scène Novecento : Pianiste, au Funambule Montmartre 

Jean Gabriel Chobaz met en scène Novecento : Pianiste, au Funambule Montmartre 

18 février 2022 | PAR Geraldine Elbaz

Jusqu’au 21 février 2022, le Funambule Montmartre présente Stéphane Rentznik dans Novecento : Pianiste, mis en scène par Jean Gabriel Chobaz. Un voyage poétique et musical par-delà les océans.

Constellé de petite lanternes diffusant une lumière chaude tamisée, le plateau du Funambule Montmartre offre au public un décor esthétique recherché. Un origami géant, en forme de bateau décoré de notes de musique, servira de tremplin à notre imaginaire pour embarquer à bord du Virginian, le paquebot transatlantique où se déroule l’histoire. 

Né à l’aube du XXè siècle, Novecento est un bébé retrouvé abandonné sur le piano d’une salle de réception du bateau. C’est le machiniste Danny Boodmann qui le recueille et qui lui donne son nom. En grandissant, Novecento développe un don hors du commun et entre dans la légende. Pianiste autodidacte, il produit une musique merveilleuse et enchante toutes les personnes qui croisent son chemin. Né sur le Virginian, il y vivra toute sa vie sans jamais poser le pied à terre. 

« Pourquoi est-ce que tu ne descends jamais, même une fois, rien qu’une, pourquoi est-ce que tu ne vas pas le voir, le monde, de tes yeux, de tes propres yeux ? »

Si les 88 touches du piano offrent des possibilités infinies de création musicale, elles rassurent Novecento car elles ont un début et une fin, alors que le monde qui existe en dehors du paquebot est si vaste, qu’il en est vertigineux. 

Stéphane Rentznik incarne avec élégance et justesse Tim Tooney, l’ami trompettiste de Novecento. Il nous raconte, en un peu plus d’une heure, cette épopée lyrique extraordinaire. Le comédien est totalement investi dans son rôle et joue une jolie partition, où les émotions sont au premier plan. Le texte d’Alessandro Baricco est un pur délice. L’écriture est délicate, sensible, magnifique. La mise en scène de Jean Gabriel Chobaz restitue avec brio la beauté du texte et embarque le spectateur dans les aventures de ce pianiste incroyable. Avec un jeu de lumière enchanteur et une illustration sonore évocatrice, nous sommes happés dans la narration. Le public vogue avec les personnages dans un océan poétique et philosophique. 

Un très beau voyage.

Visuel : (c) affiche 

 

Novecento : Pianiste 

Au Funambule Montmartre

Jusqu’au 21 février 2022 

Les droits des animaux en questions, par Dominic Hofbauer et Rosa B.
« Le Congrès de futurologie » de Stanislas Lem : Descartes, la drogue et le langage
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture