Théâtre

Jules et Jim dans un bain à la Colline

28 mai 2009 | PAR marie

Michel Vinaver (1927-) est entré cette année avec L’Ordinaire au répertoire de la Comédie française, ce qui n’en fait pas moins un auteur contemporain et drôle. Si L’Ordinaire a pu paraître, par son adaptation au temple de Molière, rêche à certains, Nina c’est autre chose, présentée actuellement à la Colline, est une pièce pétillante servie par une mise en scène aussi simple qu’élégante de Guillaume Lévêque.

Deux frères, Charles et Stéphane, partagent leur maison depuis la mort de leur mère : Stéphane, parce qu’il rentre à 5h de l’après-midi de l’usine, s’occupe des travaux ménagers et de la cuisine ; Charles parce qu’il n’a pas le vertige, prend en charge la beauté des vitres ; consciencieusement, Stéphane reproduit les recettes de maman que Charles déguste gloutonnement. La vie des deux vieux garçons est bien rodé… Jusqu’à ce qu’arrive entre leurs murs Nina, la collègue et petite amie de Charles, shampouineuse de son état.

Avec Nina, c’est autre chose : Nina bouleverse les horaires, les placards, la table de la salle à manger qu’elle remplace par une baignoire ; elle fait virevolter la poussière plutôt qu’elle ne l’époussète et ramène un peu de lumière dans des pièces aux papiers défraîchis. A son passage, l’équilibre de son couple et celui des deux frères est secoué, shampouiné : mutine, la jeune femme se déshabille devant un Stéphane gêné et un Charles médusé, badine, elle propose un bain à trois puis dissémine ici ou là tendresse maternelle et moqueries. Rouillés, les deux hommes restent cois…

 

Michel Vinaver avait laissé les spectateurs de la Colline sur Par-dessus bord qui, en 7 heures, relatait l’histoire d’une entreprise de PQ. Un printemps plus tard, le dramaturge les retrouve par le truchement d’un trio affectif avec une pièce plus légère, du moins en termes temporels (1H20). Pour autant, entre baisers et tapisseries, l’ex PGD de Gillette France n’a pas oublié la difficile vie de l’usine, le harcèlement sexuel, les licenciements abusifs et les batailles syndicales. Bien au contraire, dans ce ménage à trois, corps et esprits sont aussi imbriqués par le travail, l’avancement professionnel des uns et les cas de consciences des autres. Et les luttes syndicales s’en ressentent… Agréable comme un bain, aussi ambigu que s’il était pris à trois !

 

Nina, c’est autre chose, de Vinaver, mise en scène par Guillaume Lévêque, avec Léna Bréban, Luc-Antoine Diquéro, Régis Royer.
Au théâtre de la Colline, Jusqu’au 27 juin, le mardi à 19h, du mercredi au samedi à 21h, le dimanche à 16h, 27 euros, 19 euros le mardi, 13 euros pour les moins de 30 ans. 15 rue Malte-Brun, Paris 20e, Métro Gambetta.

La fin de Youtube et Dailymotion ?
Rock and save the planet : A nous party au showcase ce soir (29 mai)
marie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *