Théâtre

« Napoléon au rapport » au théatre de la Huchette

09 juillet 2012 | PAR Nassim Zouaia

Tout le monde connait le théâtre de la Huchette, où l’on joue la Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco depuis 1957. Mais le petit théâtre du quartier Saint-Michel accueille également d’autres pièces dont « Napoléon au rapport ». Un pièce sur le grand homme, signée Soizic Moreau et mise en scène par Jean-Luc Tardieu qui se joue tout l’été. Loin d’être un énième éloge sur Napoléon, cette pièce révèle au contraire son coté sombre: calculateur froid, paranoïa du complot, intransigeance…

« Napoléon au rapport » met en scène la confrontation de deux grands hommes: Napoléon l’Empereur des Français et le général Moreau passé aux oubliettes de l’histoire. L’empereur rend visite au captif, qui  n’a rien d’une visite amicale et innocente. En effet,  l’Empereur a un objectif de « récupérer » son ancien ami, question d’image pour celui qui vient de faire exécuter le duc d’Enghien. D’une part l’incarcération du Général Moreau est impopulaire mais surtout Napoléon a besoin de généraux de valeur face à la menace de nouvelles guerres. Napoléon accuse, Moreau se défend avec des arguments imparables, Napoléon menace, Moreau fait front, Napoléon achète , Moreau se révèle incorruptible. Son intégrité et ses valeurs morales impressionnent, il préfère rester emprisonné plutôt que servir un régime qu’il ne cautionne plus. C’est ce qui fera la différence entre les deux hommes, Napoléon n’a plus de scrupules, Moreau a conservé intacts ses principes et il les expose brillamment à son nouvel adversaire. Dans la seconde partie du spectacle c’est Napoléon qui sera jugé par Moreau, la scène est insolite et pour voir où cela se déroule le mieux est d’aller voir la pièce….

Le général Moreau (1763- 1813)

« Napoléon au rapport » est surtout une suite de passes d’armes verbales entre deux militaires. Les décors sont minimalistes et les deux comédiens servent parfaitement la pièce, ainsi Jean-Paul Bazziconi est d’une étonnante ressemblance avec l’Empereur (même la taille!) alors que Jean-Louis Cassarino est un général Moreau tout simplement impérial avec une prestance scénique admirable et une voix de stentor.

C’est une pièce historique sur un point de détail de l’Histoire, écrite par Soizik Moreau, une spécialiste passionnée, on doit avouer quelques longueurs par instants mais la qualité du texte, la pertinence des arguments de Moreau convainquent.

Distribution : De Soizik Moreau, mise en scène Jean-Luc Tardieu. Avec Jean-Paul Bazziconi, Jean-Louis Cassarino.

La SACD au Festival d’Avignon du 9 au 21 juillet 2012
La Fondation Taylor : Dans la peau de Picasso pour une poignée d’euros
Nassim Zouaia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *