Théâtre
« L’Ogrelet », un jeune public haletant à Villeneuve en Scène

« L’Ogrelet », un jeune public haletant à Villeneuve en Scène

05 juillet 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Attention frissons! Pour commencer la journée au très chouette festival Villeneuve en Scène, rendez vous dans la Pinède à 10 heures tout rond pour « L’Ogrelet », une plongée contemporaine dans une histoire aux accents du maître Grimm!


Décor superbe pour attaquer. Une cuisine fifties d’un côté, un peu de video bien utilisée et sur le côté une maquette de villages paumés dans la forêt. Elle, robe dos nu à Vichy habille un enfant de 6 ans… très très grand. L’ambiance est étrange en ce premier jour d’école, libre et gratuite, pour tous. Oui pour tous. Mais que fait-on quand le petit garçon à la vue du sang devient ogre? Le regard fou, la gestuelle animale, Joachim Sanger, confronté à la vérité, prend les traits d’un Simon paternel et inconnu, commence la bataille avec ses démons intérieurs.
Ce jeune public est un tout public. L’écriture littéraire, fine et intelligente de Suzanne Lebeau (texte édité aux éditions théâtrales), ne peut qu’enchanter les spectateurs. Dès les premières minutes, nous sommes saisis par la tension régnant sur le plateau, le nœud de l’histoire se densifie lentement faisant grimper encore plus l’attention. Nous découvrons le lourd secret et les solutions folles qui seront proposées.
Quasi fantastique, le propos touche également beaucoup à la psychanalyse en posant la question de la découverte de soi permettant de dépasser ses névroses. Mais, quand il est question de structure psychologique, peut-on s’en écarter?
Le spectacle ne tombe pas dans un happy end idiot, laissant le public sortir avec un gout cynique dans la bouche et un léger sourire aux coins des lèvres. L’Ogrelet joue de nos travers, et c’est un plaisir!

 

Visuel : (c) Cathy Brisset

Infos pratiques

Jean Clair continue son combat pour l’Art et contre l’art contemporain
Où fêter le 14 juillet 2011 à Paris?
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture