Théâtre
« Les théâtres de Jean-Louis Barrault » exposition et spectacle au Pavillon de L’Arsenal (Annonce)

« Les théâtres de Jean-Louis Barrault » exposition et spectacle au Pavillon de L’Arsenal (Annonce)

01 juillet 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’année théâtrale 2010 a été marquée par le centenaire de sa naissance. Jean Louis Barrault c’est une vie d’acteur et de comédien. Sur les planches, celle de la comédie  Française, celle du Marigny. A l’écran dans Les enfants du Paradis de Carné. A l’occasion de son centenaire, les grands théâtres parisiens lui ont rendu hommage. Un an après, l’Arsenal propose comme  clôture aux événements une exposition sur Les Théâtres de Jean-Louis Barrault, jusqu’au 28 août. Ce soir, sera donnée une pièce de théâtre mettant en scène les échanges de lettres entre Artaud et Barrault. Entrée libre.

Une exposition

« Jamais peut-être homme de théâtre ne fut autant lié à la capitale et à ses lieux de représentation. Acteur, metteur en scène et directeur de sa propre compagnie, Jean-Louis Barrault a successivement occupé et investi plus d’une quinzaine de lieux parisiens pour y mettre en jeu son art, recherche d’un « théâtre total ». « 

L’exposition propose de parcourir les théâtres investis par Jean-Louis Barrault. « Du théâtre de l’Atelier à la gare d’Orsay dans laquelle il installe un chapiteau en bois au-dessus des voies en service, de la Comédie-Française qu’il quitte avec son épouse Madeleine Renaud pour fonder la Compagnie Renaud-Barrault au “théâtre sous les arbres” de Marigny, de la grande salle de l’Odéon transformée par des velums amovibles en passant par l’Elysée-Montmartre qui alterne matchs de catch et représentations, jusqu’à la patinoire du Palais de Glace transformé en théâtre du Rond-Point, Jean-Louis Barrault fut un passager en transit, faisant sienne la devise de Charles Dullin, « Le plus beau théâtre du monde est le théâtre où je travaille ». »

Un spectacle

Ce soir, à 20h, à l’occasion de l’exposition aura lieu une représentation théâtrale « Artaud-Barrault ». Le spectacle revient sur l’échange profond et durable entre Antonin Artaud et Jean-Louis Barrault. « Artaud salua la première mise en scène de Barrault (Autour d’une mère, d’après Faulkner), par un texte retentissant, repris dans Le Théâtre et son double : «On peut dire que c’est cela le théâtre, ce que Jean-Louis Barrault en a fait». Barrault consacre à Artaud de nombreuses pages dans ses livres, marqués par la trace du poète : «Il était d’une aristocratie fondamentale. Artaud était un prince.» »

C’est l’intégralité de ces lettres, peu connues – et d’une intensité stupéfiante – qui forme le cœur de ce travail conçu et dirigé par Denis Guénoun et interprété par Stanislas Roquette.

La présentation (durée : 1h) est précédée par la projection d’un montage d’archives (durée : 26 minutes) réalisé dans le cadre du Centenaire de Jean-Louis Barrault (Archives INA et Les Films Classiques. Montage : Marie Deroudille).

Plus de Tania Bruna-Rosso au Grand Journal ?
Les Nuits en Or 2011 au Max Linder et à l’Unesco
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *