Théâtre

La vraie fiancée est un vrai chef d’œuvre signé Olivier Py

21 mai 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le directeur de l’Odéon n’a jamais cessé de mettre en scène des spectacles majestueux. « La vraie fiancée » est un conte d’après les frères Grimm écrit et mis en scène à la perfection par Olivier Py. Pour cette reprise de ce succès 2009, l’Odéon garde son ADN :ne pas faire du jeune public mais un théâtre tout public. Ce parcours initiatique d’une jeune fille est une réussite féerique, musicale et théâtrale à découvrir dès 7 ans.

 

« La vraie fiancée » retrouve les ateliers Berthier jusqu’au 11 juin pour raconter l’histoire d’une jeune fille. Elle a perdu sa mère il y a an, son père revient avec sa nouvelle épouse. La marâtre impose à la jeune fille des épreuves impossibles. Comment vider un lac avec une cuillère à soupe…trouée ? Heureusement, avec l’aide de l’ Ange des enfants qui travaillent , elle parvient à les surmonter, mais la marâtre finit par la chasser. Réfugiée dans la forêt, la jeune fille rencontre le Prince, qui promet de revenir bientôt la chercher. Entre-temps, elle fait la connaissance d’une troupe de comédiens, qui jouent devant elle un extrait de conte. Mais le Prince croise la route de la Marâtre, qui lui fait boire l’eau de l’oubli…

Dans sa scénographie, le spectacle reprend des éléments du « Souliers de Satin » : un sol et une structure dorée sur laquelle les comédiens se reflètent, montent, jouent de la musique. Nous sommes confortablement installés dans un grand cabaret où la figure centrale n’est pas tant cette jeune fille à l’avenir de princesse mais le visage du comédien.

Le comédien comme acteur de la société est symbolisé par les rangées d’ampoules encadrant le plateau, telles les lumières qui bordent les miroirs des artistes lors du maquillage. Les scènes se déroulent comme un reflet du monde du spectacle vivant, la compagnie du « théâtre du désespoir » renonçant à l’amitié de l’Etat pour faire un théâtre populaire. L’ hommage au TNP est clair pour dire que la culture triomphe de la tyrannie mais qu’elle en est aussi la première cible. La figure du dictateur est portée par la mauvaise fée, la belle mère qui affirme que « travailler , c’est ce qui libère des questions inutiles », et demande à « brûler les livres, les livres apportent le doute ».

La vraie fiancée est un conte avec une happy end qui soulève les enjeux de la création théâtrale corrélée aux subventions étatiques. Il faut saluer la troupe, la jeune fille est incarnée par Céline Chéenne qui trouvera toutes les combines pour retrouver son prince, le jardinier qui apprend à chanter aux oiseaux est incarné par le ludique Thomas Matalou. La marâtre et le grand acteur rappellent les années Miss Knife de Monsieur Py, le rôle est transcendé par le désinvolte et cynique Samuel Churin, tandis qu’Antoine Philippot devient un prince amnésique, et Benjamin Ritter, un papa très touchant, totalement dépassé par sa nouvelle femme. N’oublions pas l’Ange accordéoniste, la talentueuse Sylvie Magand.

Tous sont comédiens, tous sont musiciens, ils poussent la chansonnette parfois, le tout dans le décor espiègle et les lumières si belles de Pierre André Weitz et Olivier Py.

Ils sont rares les spectacles totalement impeccables et « La vraie fiancée » en fait partie. Une réussite féérique livrant le sens profond de ce conte de Grimm peu connu,  ici teinté du « Songe d’une Nuit d’Eté ».

Odéon-Théâtre de l’Europe, Ateliers Berthier, jusqu’au 11 juin 2010, les mardi, jeudi, vendredi à 20H, les mecredi, dimanche à 15h, le samedi à 15h et 20h. Relâche le lundi. Durée 1h15, 0144854040, Ateliers Berthier-Entrée du public : angle de la rue André Suarès et du Bd Berthier – 17e-Métro : Porte de Clichy (ligne 13 / sortie av de Clichy / Bd Berthier- côté Campanile), à 30m du théâtre.RER : Porte de Clichy (RER C, sortie av. de Clichy), à 30m du théâtre.

Plein Tarif : 32 €-Accompagnateur adulte : 18€-Jeunes moins de 26 ans, étudiant, RMiste : 16 € (Justificatif indispensable)-Groupe (à partir de 6 personnes) : 26 € -Enfant (moins de 15 ans), collèges : 9 € Écoles primaires et centres de loisirs : 6 €

 

Crédit photo : Alain Fonteray

Le prix Stieg Larsson pour récompenser l’activisme
Live Report: Hocus pocus, y’a pas que le nom qui est magique
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “La vraie fiancée est un vrai chef d’œuvre signé Olivier Py”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *