Théâtre

La Dame de chez Maxim mouille sa chemise à l’Odéon

27 mai 2009 | PAR Erwan

la-dame-de-chez-maximLa dame de chez Maxim parle de cette personne que l’on ramène chez soi après une soirée bien arrosée et que l’on retrouve au matin, avec la gueule de bois, sans gérer la situation. Du vécu Monsieur Feydeau ? Du rythme, du souffle, de l’envie, la pièce de l’Odéon, sans être révolutionnaire, séduit par sa justesse et sa créativité, et vous rend ainsi hommage.

Le théâtre de l’Odéon redonne des couleurs à votre pièce traitée souvent comme un défi par des metteurs en scène désireux de faire leurs preuves, et qui n’y parviennent pas. Tiens ! Il pleut. Il y a chez vous l’intelligence d’un texte délirant qui invente des intrigues comme nulle autre, pleines de rebondissements qui captivent encore et encore les connaisseurs, fascinés par la mécanique des ficelles que vous tirez. Votre sens du jeu de mots, qui lorsqu’il est trop appuyé transforme le vaudeville en farce, vous renvoie selon les époques plus ou moins réactionnaires, dans l’oubli. Et l’absurde… mal mis en scène est une catastrophe pour les sociétés pragmatiques. Vous le savez depuis longtemps, vous qui truffez vos textes d’indications ultra précises, il faut du talent pour s’en prendre à vos pièces.

Ce talent, Jean François Sivadier l’a. Sa Dame de chez Maxime est limpide. La mise en scène ménage le texte et trouve son élan grâce au décor (qui ne déstabilisera que les classiques), un décor qui évite les portes qui claquent, par lesquelles on vous définit souvent. Le décor jaillit et disparait, accélérant la cadence ou la ralentissant. Les personnages sans rang, ni genre, ni classe, avec leurs vêtements plus ou moins intemporels, trouvent dans cette histoire tirée par les cheveux leur rôle moteur et intriguant. Le Général Petypon du grélé, interprété par Gilles Privat ne souffre pas de caricature, Norah Kriev EST la môme crevette avec tendresse, Rachid Zanouda joue le duc de Valmonté avec beaucoup d’enthousiasme, quant à Nicolas Bouchaud, il se donne à deux cents pour cent pour lancer l’absurde. Hiatus ici, hiatus tout de même : si la distribution est excellente, (et il n’est aucun acteur qui ne démérite) elle ne donne aucune place à la jeunesse ou la vieillesse et fait tenir des rôles de puceau par des presque quadragénaires, et des rôles de vétérans par des quinquagénaires, l’ensemble des acteurs se situant entre les deux âges. Certains passages que vous avez écrits avec nuance manquent alors de fraicheur ou de sagesse.

Vous Monsieur Feydeau qui tombez en désuétude à force de représentations pesantes, bourgeoises, vous pourrez voir à l’Odéon une pièce qui lance un défi aux metteurs en scènes suivants : pour mieux faire, risquer de faire moins bien. En attendant, cette pièce vaut le coup d’œil et l’éclat de rire.

La Dame de Chez Maxim

Du 20 mai au 25 juin

Théâtre de l’Odéon

Nicolas Bouchaud Lucien Petypon
Cécile Bouillot Madame Vidauban
Stephen Butel Mongicourt, Chamerot
Raoul Fernandez Marollier, l’abbé
Corinne Fischer Etienne, Clémentine Bourrée
Norah Kriev La môme Crevette
Nicolas Lê Quang le lieutenant Corignon
Catherine Morlot la Duchesse de Valmonté
Gilles Privat le général Petypon du Grêlé
Anne de Querioz Madame Hautignol
Nadia Vonderheyden Gabrielle Petypon
Rachid Zanouda le balayeur, le duc de Valmonté
et
Jean-Jacques Beaudouin Varlin
Christian Tirole Emile
Location01 44 85 40 40 / theatre-odeon.fr
Tarifs30€- 22€- 12€- 7,5€(séries 1, 2, 3, 4)
Horairesdu mardi au samedi à 20h, dimanche à 15h
(relâche le lundi)
Odéon – Théâtre de l’Europe
Théâtre de l’Odéon
Place de l’Odéon Paris 6°
Métro Odéon – RER B Luxembourg

Christophe Willem
Sorties ciné du 27 mai : êtes-vous plutôt Seigner ou Cantona ?
Erwan

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *