Théâtre
Catherine Hauseux est admirable dans « Quand je serai grande… tu seras une femme, ma fille ».

Catherine Hauseux est admirable dans « Quand je serai grande… tu seras une femme, ma fille ».

06 septembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Catherine Hauseux a écrit un texte précieux qu’elle défend sur scène dans une  dynamique conviction et avec humour. Une pièce fondamentale à aller voir absolument au théâtre de l’Essaion. 

Sévère mais juste

Catherine Hauseux interroge sur la situation actuelle de la lutte pour l’émancipation des femmes et pour une égalité des sexes. Le spectacle, construit à partir de témoignages recueillis, dresse une anthologie de paroles de femmes issues de différentes générations et de différents milieux. Le propos serait stéréotypé sans cette collecte de voix de femmes ; le texte serait un poncif s’il n’était sourcé d’une réalité crue, et s’il n’était poli par la force de l’écriture et le travail de la scène. À chaque chapitre, une femme différente interprétée par une comédienne caméléon fait entendre sa voix, dans un soliloque à la fois aiguisé qui déclenche le rire et familier parce qu’il éclaire son siècle présent, passé ou futur. Pourquoi, encore aujourd’hui, des à priori et des réflexes sexistes demeurent-ils, pourquoi les femmes elles-mêmes, souvent inconsciemment,  œuvrent-elles à répéter les carcans? Pourquoi  l’émancipation et l’égalité des sexes ne se conjuguent-elles pas de la même façon selon l’endroit, les cultures, les religions?

Quand je serai grande… tu seras une femme, ma fille  invite le spectateur à se confronter à ses propres certitudes.  L’étalage de cette chose embarrassante, et connue, déclenche les rires.

 

Le rêve féminin et le rire

Chaque personnage, par la magie de l’interprétation de Catherine Hauseux, nous émeut doublement : par l’aveu, en complicité avec le public, d’un rêve d’émancipation et d’un autre rêve aussi essentiel, celui de devenir et de rester femme. L’impact du texte se déplie ainsi, dans ce double étai,  le rire qui parcourt le public pendant une grosse heure, et la quête vibrante de l’artiste qui se demande : c’est quoi être une femme en 2021? 

Une pièce intelligente. 

 

 

 

 

Auteur : Catherine Hauseux
Mise en scène : Stéphane Daurat
Visuel : François Kenesi
Photos : Arnaud Perrel
durée : 1H15

Théâtre Essaïon
6 rue Pierre au Lard
75004 Paris
Métro – Hôtel de Ville ou Rambuteau
www.essaion.com

 

Crédit photo ©Leila_Garfield

Procida, capitale italienne de la culture 2022
L’agenda culturel de la semaine du 6 septembre
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture