Théâtre
Françoise Lepoix évoque les fantômes de la RDA autour de la figure d’Anna Seghers

Françoise Lepoix évoque les fantômes de la RDA autour de la figure d’Anna Seghers

22 février 2013 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’il devait se donner au Théâtre Paris-Villette définitivement fermé, le spectacle « Anna Seghers, Portrait » est le fruit du programme « Villa Medicis hors les murs » qu’a suivi Françoise Lepoix pendant quelques mois à Berlin. Autour de la figure tutélaire d’Anna Seghers, l’auteure sensible mais non germanophone,  revient sur tout un passé communiste très présent, 20 après la chute du mur.

Septembre 2009, Françoise Lepoix arrive à Berlin pour une résidence de quelques mois à Berlin. Elle arrive pour mener une enquête sur Anna Seghers, femme, mère, poétesse, écrivaine, juive, communiste, née avec le 20ème siècle, exilée au Mexique pendant la Seconde Guerre et revenue s’installer en RDA où elle a présidé l’Union des Écrivains à partir de 1952 en ayant malgré tout des rapports conflictuels avec le régime. Le spectacle est le journal de ce séjour et de la quête de l’auteure d’une soixantaine d’années, quête interrompue par les festivités des 20 ans  de la chute du mur et qui finit par évoquer à travers d’autres auteurs (Heiner Mûller,  Christa Wolf, mais Jean-Paul Sartre venu en visite à Berlin) et les fantômes qui traînent encore dans Berlin, tout un passé communiste qui ne passe pas.

L’idée de parler de cette figure trop peu évoquée qu’est Anna Seghers et celle de se faire accompagner par une voix native d’Allemagne (Aurélie Youlia) est tout à fait séduisante. Mais malgré de belles références et un intérêt authentique pour l’Allemagne de l’est, le « Théâtre documentaire » de Françoise Lepoix ne se donne pas tout à fait les moyens de mettre en valeur l’auteure qui est à l’origine du projet. La quête sur ce qui reste de la RDA à Berlin en 2009 est trop vaste, les rencontres trop aléatoires, et l’écriture elle-même n’est pas tout à fait à la hauteur du sujet. Un bel effort d’introduction tout de même, qui entre deux sonorités très caractéristiques d’un Berlin rempli d’Histoire (bravo à Stan Valette), donne vraiment envie d’aller lire « Transit », « La septième croix » ou « La fuite des jeunes-filles mortes ».

« Portrait-Anna Seghers », Ecriture Françoise Lepoix, Mise en scène Françoise Lepoix en collaboration avec Nicolas Fleury, Avec Françoise Lepoix, Aurélie Youlia et Stan Valette, Aide à la recherche, conseil historique et traduction Hélène Roussel, Dramaturgie Isabelle Rèbre, Scénographie et costumes Nicolas Fleury, Musique, son et lumière Stan Valette, durée du spectacle : 1h20.

Kevin Ayers, cofondateur de Soft Machine, nous a quitté
Deux chambres avec séjour, les petits riens du quotidien par l’Egyptien Ibrahim Aslan
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture