Théâtre
François Morel dans Hyacinthe et Rose à la Pépinière

François Morel dans Hyacinthe et Rose à la Pépinière

18 février 2013 | PAR Justine Braive

De janvier à juin, François Morel a « carte blanche » à la Pépinière pour proposer 6 spectacles et endosse tour à tour le rôle de comédien, metteur en scène, auteur… Pour ce second spectacle de l’année,  l’ex-Deschiens mélange ces trois fonctions.

François Morel adapte son propre livre « Hyacinthe et Rose » et interprète un petit garçon parisien nous racontant  ses souvenirs de vacances chez ses grands parents à la campagne. La pièce débute  telle une lecture : « C’est bien simple : Rose et Hyacinthe, mariés depuis quarante-cinq ans, ensemble depuis toujours, ne s’entendaient sur rien. ­» François Morel  nous dresse le portrait de grands parents très différents, souvent en guerre et ne trouvant la paix que par leur passion commune des fleurs. Heureusement qu’elles sont là les hyacinthes, roses, marguerites , azalées et autres pour réunir ces deux personnages que tout oppose. Lui, coco, est un bon vivant, trouvant toujours une bonne raison de « s’enquiller » quelques verres allant prétexter jusqu’à l’achat de nouveaux souliers. Il aime la bicyclette, la pêche à la ligne, le vin rouge, la belote et les chants révolutionnaires. Elle, catho, grande dévote, préfère les sermons interminables du vieux curé du village, le tricot, les dominos, les cantiques et ne supporte pas que son époux traine au lit après avoir écumé les bistrots du coin.

Pendant une bonne heure, François Morel, cahier noir à la main,  nous transporte par sa lecture dans les vieux souvenirs d’un petit garçon. On y croise également le pauvre chat enterré dans le jardin, la cousine de la ville qui ponctue toutes ses phrases par un « géniaaal » lorsqu’elle décrit la campagne, on y apprend la signification des fleurs lors de la leçon du grand-père à son petit fils sur l’art de séduire en offrant des bouquets… Les auditeurs trouvent chacun un peu de leur propre histoire dans cette enfance narrée avec poésie.

Ces petites chroniques de vie sont drôles, émouvantes et justes. De petits épisodes banaux de la vie, François Morel arrive à nous décrire une tranche de vie pleine de découvertes qu’est la jeunesse.  Le décor est sommaire et se limite à une table de jardin, une chaise et de l’herbe bien (trop) verte. On n’y prête pas vraiment attention et c’est tant mieux, le texte se suffit à lui-même.

Ces anecdotes sont accompagnées de quelques notes de musique jouées par le musicien complice, Antoine Sahler qui s’amuse à passer du piano classique à l’orgue électrique, au xylophone coloré, au cuivre amélioré avec humour et légèreté pour donner  la réplique à François Morel.

HYACINTHE ET ROSE Photo François et Antoine (Libre de droits (c)copyright Manuelle Toussaint)

Le festival Days Off dévoile une partie de sa programmation
Pedro Almodovar égérie de Lafayette Homme
Justine Braive

One thought on “François Morel dans Hyacinthe et Rose à la Pépinière”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture