Théâtre

Festival Prémices : It’s so nice / Stop The Tempo !

Festival Prémices : It’s so nice / Stop The Tempo !

24 avril 2012 | PAR Audrey Chaix

Notre couverture du festival Prémices au Théâtre du Nord et à La rose des vents s’achève avec deux pièces qui n’ont en commun que l’origine anglophone de leur titre, et la fraîcheur de leur écriture autant que de leur interprétation. Stop The Tempo ! est une pièce roumaine présentée à La rose des vents, tandis que It’s So Nice, inspirée par l’histoire britannique, emmène les spectateurs en Belgique, à la Maison de la Culture de Tournai. Ainsi, en plus de mettre la jeune création sur le devant de la scène, Prémices est aussi tournée vers l’Europe.

 

Stop The Tempo ! est l’histoire d’une révolte spontanée. Trois jeunes Roumains, un homme et deux femmes, ne savent plus quoi faire pour donner du sens à leur vie. Ils sont au chômage ou travaillent trop, victimes de la crise qui semble frapper le monde occidental depuis plusieurs décennies. Pas de réponses à leurs questions – et c’est à peine s’ils savent comment les formuler, ces questions. Jusqu’au jour où, sur la musique assourdissante d’une boîte de nuit, ils se rencontrent, où, sur un coup de tête, ils font sauter le disjoncteur, plongeant la jeunesse de Bucarest dans le noir. De là par leur mouvement de protestation anonyme : couper l’électricité, semer la panique afin de faire entendre la voix de leur désespoir.

 

Sur un texte brut, dépouillé, les trois comédiens jouent avec lampes de poche et briquets pour éclairer le noir quasi total qui règne sur le plateau. Intéressant usage que celui de cette semi-obscurité presque constante, qui fait redoubler le spectateur d’attention et accentue sa concentration. Dynamique, enthousiaste, la mise en scène met la jeunesse au centre du plateau, crée une véritable empathie avec la salle qui retient son souffle alors que les forces de l’ordre se mettent à la recherche des trois insurgés. Une belle découverte.

 

A la Maison de la Culture de Tournai, c’est l’Histoire britannique qui est à l’honneur : deux conférencières sont là pour retracer la vie d’Elizabeth I d’Angleterre et de Mary, Reine d’Ecosse. Étranges destins que celui de ces deux cousines qui se sont affrontées par royaumes interposés, sans jamais se rencontrer.

 

Si la conférence commence avec le plus grand sérieux, avec conférencières en tailleur pantalon et traduction simultanée, elle dérape assez rapidement, et la lutte des egos entres les deux reines trouve un écho dans la relation des deux conférencières. Kilts et cornemuses, paysages écossais diffusés sur grand écran… le folklore est le point d’ancrage d’une conférence qui vire au loufoque, et même si le public n’est pas toujours transporté dans le monde un peu fou de Lula Béry et de Barbara Sylvain, il passe un bon moment où il apprend autant qu’il rit.

 

Ce festival Prémices, qui a vu sa première édition s’achever la semaine dernière, a donc tenu toutes ses promesses : huit spectacles, vus par plus de 4000 spectateurs, une quarantaine d’artistes, cinq lieux en France et en Belgique, et un taux de remplissage de plus de 90%… De quoi attendre avec impatience la prochaine édition, au printemps 2013, déjà en préparation. Un beau pari sur l’avenir de la création théâtrale française que ce festival Prémices !

 

 

Crédit Photos : Charlotte Sampermans / Frédéric Iovino

THE OTHER CINEMA arrive au Trianon et présente La Haine de Mathieu Kassovitz avec Asian Dub Foundation
Me too I’m Catherine Deneuve, Pierre Notte en VO aux Dechargeurs
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *