Politique culturelle

Un soutien à la traduction d’ouvrages arabophones en 2017

Un soutien à la traduction d’ouvrages arabophones en 2017

30 décembre 2016 | PAR Léa Sanchez

En 2017, le Centre national du livre soutiendra la traduction d’auteurs arabophones à travers des aides exceptionnelles.

centre-national-du-livre

Après la Corée du Sud en 2016, c’est le Maroc qui sera l’invité du Salon du livre parisien l’année prochaine, du 24 au 27 mars. Dans ce cadre, alors que le taux de subvention des traductions d’œuvres en langue étrangère varie généralement entre 40 et 60% du coût total, il atteindra 70% pour la traduction d’auteurs arabophones en 2017, comme l’a indiqué le Centre national du livre dans un communiqué diffusé le 21 décembre.

Une décision qui avait été annoncée par la ministre de la Culture Audrey Azoulay lors du Salon du livre francophone de Beyrouth, en novembre dernier. Elle vise à encourager les éditeurs à faire traduire en français des oeuvre en langue arabe du bassin méditerranéen. « Le coût de la traduction est très élevé. Pour un roman de 400 pages, il faut en effet compter entre 8 000 et 9000 euros », expliquait Farouk Mardam-Bey, le  directeur de la collection Sindbad chez Actes Sud, dans Le Point en août. « Aujourd’hui plus que jamais, la traduction d’oeuvres littéraires de l’arabe au français est importante » jugeait cet éditeur franco-syrien pour qui la littérature permet d’appréhender en profondeur les sociétés arabes et leur complexité.

Visuel : logo CNL

Pierre Barouh auteur-compositeur-interprète-acteur-producteur est Mort à 82 ans
Le Centre Pompidou souffle ses 40 bougies
Léa Sanchez

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *