Théâtre

[Festival d’Avignon] Solitaritate, radiographie de la Roumanie actuelle par Gianina Carbunariu

[Festival d’Avignon] Solitaritate, radiographie de la Roumanie actuelle par Gianina Carbunariu

22 juillet 2014 | PAR Christophe Candoni

L’auteure et metteure en scène Gianina Carbunariu, figure centrale du renouveau théâtral roumain, livre un état peu glorieux de la vie quotidienne dans son pays avec Solitaritate, un spectacle au propos intéressant mais un peu trop simpliste aussi bien dans la forme que sur le fond.

A travers cinq épisodes qui s’enchaînent sans lien apparent entre eux, Carbunariu donne à voir des gens et des situations inspirés de faits réels qui reflètent l’actualité roumaine mais aussi européenne impactée par la crise. L’argent est au centre de tout. Celui qu’on dépense en toute impunité, celui qui manque indéniablement. Tout se marchande, se vend… la concession funèbre d’une grande comédienne, monument de la culture nationale, au profit de l’acquisition d’un parking, le mobilier d’une famille qui doit financer l’opération d’un enfant entre la vie et la mort, même les fauteuils sur lesquels sont installés les spectateurs sont un patrimoine pour envieux batailleurs.

Carbunariu remet en cause la parole des autorités officielles, politiciens démagogiques qui prônent l’exclusion au nom de l’ordre public en construisant un haut mur de « démarcation » permettant de séparer la communauté tzigane de la population roumaine. Ainsi elle affiche la part la moins reluisante de l’espèce humaine dominante et prend le parti des humbles, des étrangers, des minorités stigmatisées dans les discours et l’opinion publique. Elle signe une comédie enragée à l’humour proche de l’absurde, où se côtoient le dérisoire et le profond. Le spectacle, servi par de bons acteurs constamment sur le fil du burlesque et de la gravité, est percutant mais inégal. Il se présente aussi comme une radiographie de la classe moyenne émergente et de la vie urbaine en Roumanie.

Photo © Paul Baila

Retrouvez le Dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction.

Infos pratiques

[Avignon Off] Des clowns en noir et blanc envahissent la ville et « Arturo Ui »
[Chronique] « Trouble In Paradise » : la dommageable descente aux Enfers de La Roux
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

One thought on “[Festival d’Avignon] Solitaritate, radiographie de la Roumanie actuelle par Gianina Carbunariu”

Commentaire(s)

  • mogenier daniel

    « un spectacle au propos intéressant mais un peu trop simpliste aussi bien dans la forme que sur le fond ».
    Il est facile de critiquer, encore faudrait il que vous soyez capable de faire aussi bien dans le domaine

    mars 2, 2015 at 14 h 11 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *