Théâtre

Éonnagata : Sylvie Guillem est le chevalier d’Éon

06 janvier 2011 | PAR Alienor de Foucaud

Jusqu’au 9 janvier, Sylvie Guillem, Robert Lepage et Russel Maliphant présentent leur nouvelle création au Théâtre des Champs-Elysées : Éonnagata. Intrigué par l’histoire mystérieuse de Charles de Beaumont, le Chevalier d’Éon, le trio questionne le travestissement du célèbre espion : et si Charles de Beaumont était à la fois une femme et un homme ? Á mi-chemin entre théâtre et danse, ce spectacle explore l’incarnation d’un sexe par l’autre dans une démarche qui s’intéresse davantage au genre qu’à la sexualité.

Diplomate de carrière, militaire d’occasion, espion à ses heures, Charles de Beaumont, le chevalier d’Éon a connu les honneurs et la déchéance, la protection des souverains d’Europe et la misère de l’exil. Mais plus que sa vie romanesque, c’est son audace qui pique la curiosité : d’Éon fut probablement le premier espion à se travestir pour arriver à ses fins. Damoiseau ou damoiselle, on ne sait plus. Maniant avec autant d’agilité l’éventail ou l’épée, tant courtisane que combattant, cette guerrière amazone est originaire du  « middle sex.»

 

L’Onnagata, cette technique du théâtre kabuki qui permet à des acteurs de représenter des femmes de façon hautement stylisée, éclaire ici le mystère du chevalier d’Éon. Tantôt Geisha ou maître en arts martiaux, d’Éon est multiple, brave les genres et les sexes, s’amuse du sien et l’utilise à ses fins. Mêlant aux ombres chinoise,s quelques passages de danse buto cette création ne cesse de dialoguer entre les cultures et les arts. La danse est délicate et raffinée, portée par la grâce et la précision de Sylvie Guillem et les limites du théâtre repoussées.

Cependant, bien que ces danseurs excellent dans leur gestuelle, ils ne maîtrisent pas encore l’art dramatique. Surjouant souvent trop leurs textes, ils tombent rapidement dans un mélodramatique larmoyant. Cette fille d’Ève au cœur d’amazone blessée parvient parfaitement à transmettre son malheur par la danse. Le texte, secondaire, n’est pas à la hauteur de la performance gestuelle.

Avec l’apport du concepteur des éclairages Michael Hulls, du concepteur des costumes, Alexander McQueen et du concepteur son Jean-Sébastien Côté, Guillem, Lepage et Maliphant proposent un objet étrange ente rêve et réalité éclairant un mystère qui est peut-être celui des sources de l’identité humaine, mais bien qu’ils soient de magnifiques danseurs, ils ne sont pas encore des acteurs confirmés.

 

Éonnagata, Sylvie Guillem, Robert Lepage, Russell Maliphant,

Jusqu’au 9 janvier 2011

Théâtre des Champs-Elysées, 15, avenue Montaigne, Paris 8?,

Métro Alma-Marceau (ligne 9)

Durée 1h30 sans entracte

Plus d’informations sur www.theatrechampselysees.fr et au 01 49 52 50 50

 

Infos pratiques

Le crâne d’Henri IV de nouveau dans la polémique
Sale Août, Serge Valletti porte à la scène le massacre des italiens d’Aigues-Mortes
Alienor de Foucaud

2 thoughts on “Éonnagata : Sylvie Guillem est le chevalier d’Éon”

Commentaire(s)

  • HELENE

    Je reviens du spectacle de Sylvie Guillem, Robert Lepage et Russel Maliphant : Éonnagata (dernière représentation au Théâtre des Champs -Elysées) et j’ai été très déçue. Il relate en réalité la vie et les états d’âme du chevalier d’Eon. Beaucoup (trop) de scènes récitées et jouées un peu comme au théâtre mais en moins bien et surtout très peu de danse!
    L’Onnagata, je cite : « cette technique du théâtre kabuki qui permet à des acteurs de représenter des femmes de façon hautement stylisée, éclaire ici le mystère du chevalier d’Éon. » Programme intéressant voire alléchant mais complètement exagéré. Ou alors j’ai raté des scènes! Certes, il y a deux ou trois tableaux plutôt bien faits et bien dansés (ceux reprenant la technique du kabuki justement) mais le reste fut bien trop ennuyeux et ma voisine de salle, lasse est même partie au milieu du spectacle ! Certains à la fin ont aussi sifflé… Sylvie Guillem ne devrait pas oublié qu’elle est une danseuse. Pour le théâtre, il faudrait qu’elle prenne davantage de cours!
    Mon prochain spectacle sera celui de Marie-Claude Pietragalla (La Tentation d’Eve sur la scène du Palace). Je m’en fais déjà une joie. Ce sera mon premier spectacle de …danse de 2011.

    janvier 9, 2011 at 21 h 20 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *