Théâtre
« El país sin duelo » le remède de Cristian Flores contre l’amnésie

« El país sin duelo » le remède de Cristian Flores contre l’amnésie

13 juin 2021 | PAR Rudy Degardin

À l’occasion du Printemps des comédiens, la compagnie Teatro Los Barbudos dirigée par Cristian Flores plonge pour la première fois le public français dans « le pays sans deuil ».  À la fois fiction familiale et documentaire chilien, El país sin duelo rappelle le caractère essentiel de l’art pour trouver les mots lorsque le réel se les ait fait voler. 

Parler ou se taire, telle est la question de El pais sin duelo. La pièce de Cristian Flores Rebolledo raconte l’histoire de ces femmes chiliennes qui, pour survivre au souvenir de la dictature, font rimer résilience avec ignorance. Durant 1h20, trois générations de femmes portent le poids de cette mémoire. La grand-mère et la mère tentent d’oublier. Mais la fille, elle, essaie de comprendre cette histoire qu’elle n’a pas connu et qu’on souhaite lui cacher.

La prison, les tortures, les violences sexuelles. Mais aussi, l’absence des disparus, ceux qui s’opposaient au régime de Pinochet et qu’on n’a plus jamais revu. C’est tous ces traumatismes que la pièce aborde à la manière d’un documentaire.

Mettre un point final à cette histoire

Derrière ces trois femmes se cache l’histoire meurtrie du Chili. La lutte du Mouvement de la gauche révolutionnaire [MIR], la fuite à l’étranger, la difficile réconciliation après la dictature. Dans ce pays où les crimes commis sont tus et n’ont presque pas été jugés, difficile alors de mettre un point final à cette histoire.

Face au silence de l’Etat, les mots se transforment alors en armes. Ils permettent de recoller les morceaux du récit afin de préserver la mémoire des disparus. Mais pour Cristian Flores Rebolledo, c’est d’abord dans l’intimité du foyer familial que doit se faire cette lutte. La pièce prend place dans un appartement. Deux longs meubles en bois, tantôt chaise, tantôt table, mais surtout semblables à des cercueils, occupent l’entièreté de l’espace. Le spectateur se trouve alors plongé dans l’intimité de cette famille qui parle d’obsolescence programmée, écoute de la musique, rit, partage les mêmes vieilles anecdotes. Mais tente aussi de trouver un nouveau langage afin de cesser de porter le poids de ces souffrances de génération en génération.

Finalement, ce théâtre, aussi populaire que politique, nous rappelle le caractère ô combien essentiel de l’art. Faire émerger en pleine lumière la mémoire enfouie. Résoudre les conflits intérieurs. Proposer une alternative au discours officiel. 

Ce remède contre l’amnésie est à voir le week-end du 11 juin au théâtre de la Vignette à Montpellier. Le spectacle est en espagnol surtitré en français.

Mise en scène : Cristian Flores. Compagnie : Teatro Los Barbudos. Avec : Carla Casali Escudero, Tamara Ferreira Cáceres, Marcela Millie Soto.

Visuel : © Cristobal Cvitanic

« Le bureau des affaires occultes » d’Eric Fouassier: le bourreau de l’affaire occultée
Une playlist de fin de jauge
Rudy Degardin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture