Théâtre
Débris, la pièce intrigante de Dennis Kelly au théâtre La Reine Blanche

Débris, la pièce intrigante de Dennis Kelly au théâtre La Reine Blanche

07 janvier 2022 | PAR Margot Wallemme

Un frère et une sœur nous racontent leur enfance dans une chronologie désordonnée, entre auto-dérision et mythomanie. Débris, est une pièce de Dennis Kelly dont la violence, l’absurdité et l’effroi sont bien rendus par l’ensemble théâtral Estrarre qui insiste sur la nature perturbée des personnages.

Une histoire fragmentée 

Débris est le nom donné au petit garçon trouvé par Michael dans les ordures, presque mort. Les débris ce sont aussi eux, enfants en manque d’amour, dans un foyer pauvre et violent. Adultes, la sœur et le frère essaient de trouver un sens à ce qu’ils veulent raconter de leur enfance.

Ils tentent de rassembler les fragments de leurs souvenirs et cachent innocemment leurs traumatismes dans des mensonges. Par la volonté d’exprimer l’inexplicable, ils cherchent une renaissance et plongent dans une mythomanie névrotique.

Troubles et traumatismes

Dans un décor troublé, en ruines, il tentent de recommencer, rassembler et raconter leur enfance. Par le mensonge, ils veulent vivre, éviter la souffrance et sortir de ce qui constitue leur héritage familial.

Mais si au début de la pièce les personnages semblent distants avec leur histoire, à la limite d’une légèreté effroyable, ils replongent petit à petit dans leurs souvenirs dont les scènes sont de plus en plus sombres. La projection des photos gribouillées et scarifiées contrebalance la musique qui se veut source de joie et impulsion d’une danse libératrice.

La mort d’un espoir ?

La proposition d’évolution des personnages les fait s’enfoncer dans leurs histoires qui nous semblent de plus en plus décousues et sombres. Et si l’enfant trouvé pouvait représenter un espoir, on ne le ressent pas si lumineux. Au contraire, les comédiens semblent s’en servir comme un miracle qui s’évanouit avant de se révéler.   

On ne ressort pas indemne de la salle, plongés dans un univers incertain, entre troubles psychiques et humour noir, les comédiens Julien Kossellek et Viktoria Kozlova nous romancent une histoire confuse et fantasmée. 

 

Débris, par l’ensemble Estrarre, c’est du 25 janvier au 6 février 2022 au théâtre de La Reine Blanche

 

Visuels : ©Romain Kosellek

Comédie / Wry smile Dry sob : l’horrifiante absurdie de Silvia Costa au Festival d’Automne
L’espéce humaine, une jolie pièce vintage à l’Opprimé
Margot Wallemme

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture