Théâtre
« Coupable » au Studio Marigny : un thriller saisissant !

« Coupable » au Studio Marigny : un thriller saisissant !

25 octobre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Mis en scène au Studio Marigny par le talentueux Jérémie Lippmann, l’acteur doublement césarisé Richard Anconina débute sur les planches avec Coupable, une adaptation réussie du thriller danois The Guilty, de Gustav Möller.

L’argument

L’histoire est adaptée du film Den skyldige, réalisé en 2018 par Gustav Möller et Emil Nygaard Albertsen, dont un remake américain intitulé The Guilty avec Jake Gyllenhaal, est disponible depuis octobre 2021 sur Netflix.

Jérémie Lippman a eu l’idée de recréer au théâtre la tension du film, de mettre en scène une course contre la montre pour tenter de sauver une victime qui appelle à l’aide. 

Richard Anconina incarne Pascal Zanetti, un policier muté suite à une faute professionnelle au standard d’un commissariat lillois. Le lendemain matin, il doit comparaitre à une audience qui scellera son destin. L’action de la pièce se déroule en temps réel. Il va recevoir l’appel de détresse d’une femme en pleurs, la voix tremblante, terrifiée. On comprend qu’elle est en danger et qu’elle a été kidnappée dans un véhicule…

Une mise en scène captivante

Uniforme de police, tasse de café à la main, on découvre Richard Anconina derrière la porte du commissariat. Les couleurs du décor sont austères, d’un gris sombre. Le mur du fond est agrémenté d’écrans où seront projetées des vidéos. Un large bureau muni d’ordinateurs est exposé au centre de la scène. Le comédien prend son temps, déambule au ralenti, son café à la main. Il s’installe au bureau, griffonne sur des post-it, lance un avion de papier dans l’air. Le temps s’étire, on entend quelques rires épars dans le public, jusqu’au moment où… le téléphone sonne.

« Police secours, j’écoute. » Après quelques appels de routine ou d’incidents mineurs, on entend à l’autre bout du fil une voix frêle et saccadée. Le rythme s’accélère. Le dispositif de son dans le théâtre nous plonge dans une autre dimension. Des battements cardiaques résonnent dans tout l’espace, un grondement sourd s’intensifie. La tension monte. 

La mise en scène est captivante et convaincante. Jérémie Lippmann sait faire et bien. Par un procédé ingénieux axé essentiellement sur le prisme auditif, laissant toute la place à l’imaginaire, on ressent viscéralement l’oppression de la victime, l’urgence de la situation et la frustration du policier qui doit tout faire à distance pour sauver une vie. 

Le public est harponné, comme pris dans un vortex immuable. Les éléments du puzzle vont s’étoffer au fil de l’histoire. L’étau va se resserrer. La respiration se fait hachée, on est en apnée. 

Une interprétation impeccable

Si le scénario aux rebondissements spectaculaires est pour beaucoup dans la réussite de cette pièce, ce sont surtout la mise en scène et le jeu formidable d’Anconina qui séduisent. Les émotions sont à vif et le public est réceptif. 

Acteur pudique et particulièrement doué, le comédien au parcours cinématographique brillant (Tchao Pantin, Itinéraire d’un enfant gâté, La vérité si je mens…) fait à 68 ans ses premiers pas au théâtre et transforme magistralement l’essai. 

Chapeau. 

 

Visuel : (c) Céline Nieszawer

Coupable 

Au Studio Marigny 

Jusqu’au 30 décembre 2021

Anima Bella et sa magnifique héroïne face à l’addiction de son père, en Compétition au Cinemed 2021
Prix Fémina 2021 : la romancière Clara Dupont-Monod récompensée pour « S’adapter »
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture