Théâtre
« Cette guerre que nous n’avons pas faite » : belle traversée, en immersion dans un bar et des mots

« Cette guerre que nous n’avons pas faite » : belle traversée, en immersion dans un bar et des mots

24 novembre 2016 | PAR Geoffrey Nabavian

A Lilas en Scène, on a pu découvrir en avant-première, avant sa création à la Scène nationale de Martinique, cette pièce signée Gaël Octavia, lauréate du Prix Etc_Caraïbe/Beaumarchais 2013. Récompense qui nous avait permis de l’entendre lue par Simon Mauclair, aux Francophonies en Limousin 2014… La voici aujourd’hui jouée par Vincent Vermignon dans la mise en scène de Luc Clémentin. Intense, drôle, incantatoire, immersif : Cette guerre… est un bonheur total. Partagé dans un bar…

[rating=5]

cette-guerre-que-nous-navons-pas-faite-gael-octaia-bisUne immersion parfaite : voici ce que nous offre, dès l’entrée, Cette guerre que nous n’avons pas faite, spectacle présenté en avant-première, et en sortie de résidence, à Lilas en Scène, avant sa création à la Scène nationale de Martinique/Tropiques Atrium, à venir en mai 2017. Assis à nos tables dans le bar-restaurant où nous dînons, nous voyons tout à coup débarquer un homme dans un halo de fumée. Mis comme un soldat, il entre et commence à jouer avec tout l’espace, au milieu de nous. Ce café, dit-il, est celui de sa mère. Une mère qu’on ne verra pas, mais à qui il va adresser toutes ses phrases. D’emblée, la mise en scène de Luc Clémentin (D’un retournement l’autre de Frédéric Lordon, Cadres noirs…) nous révèle sa sobriété, bienvenue : quelques bruitages militaires de temps à autre, une petite mise en abyme à un moment… Et surtout, une utilisation intelligente, bien dosée, de l’ensemble du café, devenu une aire de jeu au sein de laquelle une grande variété de registres vont être convoqués. Et d’emblée, le comédien Vincent Vermignon, fort en présence et admirablement dirigé, s’impose. Entre les tables, derrière le bar, assis puis debout droit sur une chaise, il va se plonger dans les mots de l’auteur Gaël Octavia, pour nous livrer une performance rageuse, rigolarde, et finalement lyrique.

Ce mélange qui opère entre les choix de mise en scène et l’interprète nous fait tout voir et tout imaginer, sans effets forcés. Qu’y a-t-il à voir et à vivre ? Une histoire très humaine avec une pointe de politique, finalement très universelle et ouverte… Cette guerre que nous n’avons pas faite met face à nous un homme sans nom, revenant non pas d’un conflit, mais d’une expérience du conflit armé… Au début de la pièce, il avoue qu’il était désireux de « faire la guerre que son pays n’avait jamais faite, alors qu’il y aurait eu de quoi ». Ceux qui l’énervaient, en partie, étaient les gens riches que sa mère, qui s’était élevée depuis son milieu, « invitait à déjeuner chez elle le dimanche »… En ce début, on s’interroge, l’espace de quelques minutes, sur l’endroit où se tient l’action. Puis on cesse : car l’écriture de Gaël Octavia sait rester ouverte. Et très précise. Et même, en certains moments, atteindre à l’incantatoire… Avec simplicité, Cette guerre… se met à suivre son homme à la recherche de… la guerre, justement. Il nous relate sa quête : il a marché en restant attentif aux « étincelles », sans en trouver beaucoup. Puis il a rencontré un groupe d’hommes, très motivés, dans un bar. C’est dans cet établissement que s’est jouée toute son expérience du conflit armé…

Au bout de ce solo d’un peu plus d’une heure, l’intensité de ce récit aux mots simples, au sous-texte vaste, à la capacité de suggestion immense, nous laisse très heureux. On a été bousculés par l’entrée, puis émus lors des ruptures, puis amusés, accrochés, abattus comme notre homme, ou stimulés intellectuellement… On a envie de remercier cette équipe pour ce voyage qu’on a vécu avec elle, en n’oubliant pas Théodora Kanelli, pour son travail scénographique brillant, et le toujours excellent Mathieu Bouillon à la Création Lumière. Cette traversée sera créée pour de bon les 12 et 13 mai 2017 à la Scène nationale de Martinique, et visitera ensuite la Scène nationale de Guadeloupe. On aimerait bien la voir ensuite continuer son parcours dans d’autres lieux. D’autres bars théâtraux, où la surprise serait grande, les mots enivrants, et le partage aisé…

*

Les dates à venir de Cette guerre que nous n’avons pas faite : les 12 et 13 mai 2017 à la Scène nationale de Martinique/Tropiques Atrium ; les 19 et 20 mai à la Scène nationale de Guadeloupe/Artchipel…

Cette guerre que nous n’avons pas faite, de Gaël Octavia, est publié chez Lansman. Le texte a été lauréat du Prix Etc_Caraïbe/Beaumarchais 2013 du Meilleur texte francophone.

Cette guerre que nous n’avons pas faite, de Gaël Octavia. Mise en scène : Luc Clémentin. Avec Vincent Vermignon. Scénographie : Théodora Kanelli. Création Lumière : Mathieu Bouillon. Production : les compagnies Fractal Julia et Makeda du Bhoot. Durée : 1h07.

Visuel : © Lansman, illustration de couverture

Agnes Obel au casino de Paris, perfection et minimalisme
Les 5 décisions liberticides d’Erdogan en Novembre 2016
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *