Cinema
« On a le temps pour nous », le film qui parle de l’engagement politique du rappeur burkinabé Smockey !

« On a le temps pour nous », le film qui parle de l’engagement politique du rappeur burkinabé Smockey !

30 septembre 2020 | PAR Chloé Coppalle

En octobre 2014, le Président du Burkina Faso au pouvoir depuis 27 ans, Blaise Compaoré, quitte ses fonctions après de nombreux soulèvements populaires. Dans cette révolte, le groupe militant co-fondé par le rappeur franco-burkinabé Smockey, Balai citoyen, est un acteur central. Suite à ces événements et à sa rencontre avec l’artiste, la réalisatrice Katy Lena Ndiaye réalise On a le temps pour nous, un documentaire qui parle de l’engagement du rappeur.

Tourné entre 2016 et 2018, la réalisatrice devait répondre à une problématique précise : être au plus près de qui est Smockey, tout en n’intervenant jamais dans sa sphère privée. L’artiste ayant connu deux attentats manqués contre son studios, Katy Lena Ndiaye tenait à être vigilante. Le premier attentat concernait une attaque à la roquette, le second à un incendie, où heureusement ce jour là, l’artiste n’était pas sur place. Smockey explique alors que c’était la première fois qu’un édifice culturel était visé par le régiment présidentiel, régiment qui n’existe plus aujourd’hui car « on a réussi à le dissoudre, et on en est pas peu fiers », explique-t-il. Le tournage commence juste après ces deux événements, ce qui explique qu’ils n’apparaissent pas dans le film. Selon le rappeur, la réalisatrice voulait un angle plus artistique tout en tenant à montrer son rôle derrière le mouvement. Son objectif, c’était d’être au plus proche de l’article, de son vrai nom Serge Bambara, dont l’engagement passe beaucoup par la musique. Pendant près d’une heure, Katy Lena Ndiaye nous invite à suivre Smockey en studio, en concerts, mais aussi dans de nombreuses discussions avec des acteurs de ces événements politiques qui ont accompagné Smockey. De ces dialogues, on apprend beaucoup sur le contexte de ces soulèvements, que la réalisatrice ponctue d’images d’archives.

On a le temps pour nous, c’est en effet la question de l’engagement soulevée sous l’angle de la musique, de la place de la culture et de la famille. On regrette cependant de ne pas voir plus d’actions politiques, notamment celles des campagnes que met en place Balai citoyen pour inciter, entre autre, les citoyens à s’investir davantage ou à informer les populations en ce qui concerne leurs droits civiques.

Visuel : affiche On a le temps pour nous, de Katy Lena Ndiaye, 2019, 1h7

Cette année, le programme de Smockey est chargé aux Zébrures d’Automnes ! Entre un concert le dernier week-end du festival, deux représentations de sa pièce Le Syndrome de la pintade, et la projection de On a le temps pour nous, le festival des Francophonies propose une belle programmation autour de l’artiste !

Projections
Les Zébrures d’Automnes, partie automnale du festival Les Francophonies. Des écritures à la scène, Limoges
– dimanche 27 septembre 2020, 17h30, Théâtre Expression 7
– samedi 3 octobre 2020, 21h, auditorium de la Bmf Centre-Ville de Limoges, pendant les Nuits Francophones

Représentations de la pièce de théâtre de Smockey, Le Syndrome de la pintade
Les Zébrures d’Automnes, partie automnale du festival Les Francophonies. Des écritures à la scène, Limoges
– vendredi 2 octobre 2020, 18h30, Espace Noriac
– samedi 3 octobre 2020, 20h, Espace Noriac, pendant les Nuits Francophones

Concert de Smockey
Les Zébrures d’Automnes, partie automnale du festival Les Francophonies. Des écritures à la scène, Limoges
– samedi 3 octobre 2020, à minuit, pendant les Nuits Francophones

Désordres, une pièce puzzle sur le couple à la Manufacture des Abbesses
« Billie » de James Erskine : Qui était vraiment Billie Holiday ?
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *